Yvette Debarbieux
élue Herri Berri au conseil municipal

Engagé en politique depuis 40 ans, je siège au Conseil Municipal de Saint-Jean-de-luz pour le Groupe Herri Berri

Yvette Debarbieux, qui es-tu ?

Je me présente: Yvette Debarbieux, 72 ans, militante du parti communiste français depuis…plus de 40 ans.
Elue depuis 2003 j’ai rejoint le groupe Herri Berri lors de la dernière campagne de 2014 car je trouve dans ce groupe municipal luzien un socle de valeurs que je peux partager avec eux comme: l’importance de la solidarité, un engagement constant sur des sujets de proximité, pour la paix (je suis membre de Bake Bidea et des artisans de la paix).

Yvette Debarbieux élue Herri Berri Saint-Jean-de-Luz

Quels sont tes centres d'intérêt ?

Si ma famille reste le pivot essentiel, j’ai aussi vraiment besoin d’être en présence de l’océan et plus largement de la nature.

Pendant cette dernière mandature, quels sont les domaines dans lesquels tu t'es le plus investie ?

Les domaines où je m’investis plus particulièrement sont l’action sociale, la santé, la lutte contre les violences faites aux femmes ainsi que les questions liées à la parité femmes/hommes. L’accès du plus grand nombre à une culture de qualité m’intéresse aussi.

Militante, la cause des femmes, l’égalité et toutes les questions qui s’y rattachent sont des thèmes qui me préoccupent.
Elue d’opposition à Saint Jean de Luz, il m’est vite apparu, dans le cadre de mon mandat, qu’il fallait agir contre l’invisibilité des violences faites aux femmes afin d’apporter des réponses à la hauteur de ce fléau.


En 2009, ce sujet n’était pas médiatisé, aussi ai-je sollicité un rendez-vous avec Monsieur le Maire dans l’intention de lui faire part de mes observations, notamment sur l’absence de politique publique concernant la problématique de violences faites aux femmes sur notre territoire.
Après un échange constructif, Monsieur le Maire propose de mettre en place un groupe de travail auquel je suis associée.
Très vite, nous mettons en place avec l’appui de Sagardian et du CCAS deux groupes de travail:
– le groupe OPA (observer, prévenir, agir)
– le groupe VIE (violence dans le couple, information, écoute).

Aujourd’hui, 10 ans plus tard, ces structures continuent de s’étoffer afin de répondre aux besoins qui ne cessent de s’amplifier.
Cet exemple démontre qu’avec des convictions «chevillées au corps,» il est parfois possible de dépasser certains clivages sur un sujet aussi transversal, et d’agir dans le sens de l’intérêt général, en l’occurrence celle des femmes.

Avec également Herri Berri nous continuons à mener ce long combat.