Le journaliste du quotidien Sud Ouest, Fabien Jans, évoque dans un article du 19 mars 2018, la question du vieillissement de la population à Saint-Jean-de-Luz et donne la parole aux élus de l’opposition municipale Herri Berri.
Le groupe d’opposition souhaite une réflexion globale sur la problématique du vieillissement de la population.

En matière sanitaire comme sociale, la proportion grandissante des seniors dans la société impose de nouveaux défis aux administrateurs de la vie publique. Vu sa pyramide des âges, Saint-Jean-de-Luz n’échappe pas à la problématique. « Or, il n’en est fait que rarement état au sein de la municipalité », s’inquiètent les élus du groupe d’opposition d’Herri Berri à Saint-Jean-de-Luz qui avait choisi le trinquet Bordatxo – situé juste en face de l’entrée de Trikaldi –, samedi, pour soumettre leur vision globale de la situation et exposer leurs propositions.

Un bilan statistique révélateur

Un vieillissement marqué de la population

Les chiffres livrés par Peio Etcheverry-Ainchart, sur la base de statistiques établies par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), sont parlants : « Sur 14 600 habitants environ, la ville compte 38 % de Luziens de plus de 60 ans, soit le premier groupe de population, et de loin. Les moins de 20 ans ne représentent que 18 %, quand ils étaient 28 % il y a quarante ans. Il s’agit bien d’une tendance. »

tableau comparatif de la population de Saint-Jean-de-Luz de 2009 à 2014 selon l'INSEE

Les seniors vivent en centre-ville

La démonstration apporte un autre éclairage lorsque l’on y adjoint une valeur géographique. Ainsi, schématiquement, les seniors vivent en centre-ville quand les plus jeunes ne peuvent que s’installer en périphérie. « Ces chiffres sont à appréhender de façon globale. Ils témoignent d’une orientation à l’opposé d’une politique de mixité sociale, d’une inégalité entre les couches de population, quand la prise en charge de la problématique du vieillissement de la population nécessite justement un rééquilibrage démographique. Ce qui sort du PLU (Plan local d’urbanisme, NDLR), avec de nouveaux logements sociaux toujours placés en périphérie, nous incite à croire que cela n’est pas pris en compte. »

programme immobilier saint joseph à Saint-Jean-de-Luz

Offre de soin public : restructuration en question

Diminution de l’offre de soin publique et accroissement des inégalités

Il y a un peu plus d’un an, l’annonce du maintien d’une majorité des lits de Trikaldi et d’un regroupement sur un site unique de la filière gériatrique publique de la ville contentaient ceux qui craignaient un scénario bien pire.
Depuis, Herri Berri a manifesté ses inquiétudes quant à ce projet : « Sur les 30 lits de médecine que comporte aujourd’hui l’hôpital luzien, seuls 20 seront transférés à Bayonne, sur le Centre hospitalier de la Côte basque, remarque Yvette Debarbieux, élue communiste. Les dix autres ont été attribués à une structure privée, la polyclinique de notre ville sous la forme de Groupement de Coopération Sanitaire (GPS). Donc une diminution de l’offre de soin publique et un obstacle à l’égalité d’accès aux soins. »

Où en est le projet d’un accueil de jour à Saint-Jean-de-Luz ?

La conseillère municipale s’inquiète également pour le projet de création d’un accueil de jour, qui devait bénéficier de huit lits de l’unité de soins de suite et de réadaptation (USSR).«Ces dernier sont disparu des écrans radar. Alors qu’en est-il de cette structure qui apparaît indispensable pour assurer un vrai parcours de soins gériatriques sur notre territoire ? »

Les propositions d’Herri Berri pour un problème global

Créer une commission extra-municipale sur le vieillissement de la population à Saint-Jean-de-Luz

« Pour nous, la prise en compte du vieillissement de la population, quelle que soit la solution choisie entre maintien à domicile ou structures d’accueil, a des conséquences globales sur le développement de la cité », explique Peio Etcheverry-Ainchart. Les propositions des élus d’Herri Berri s’appuient sur deux leviers : « Nous souhaiterions que la commune se dote d’une commission extra-municipale pour réfléchir sur tous ces sujets, poursuit Yvette Debarbieux. L’objectif est de prendre en compte, de manière systématique, le vieillissement dans son ensemble : logement, déplacement, urbanisme, loisirs, sport, culture… »

Mise en place d’un plan local de santé

Par ailleurs, alors que les décideurs politiques parlent d’étendre le virage ambulatoire, déjà développé pour les actes chirurgicaux, à la médecine, Herri Berri s’inquiète du manque d’anticipation, notamment en termes de points d’accueil à la sortie des établissements de soins : « Nous proposons la mise en place d’un plan local de santé qui aurait pour mission d’organiser la continuité des soins, la coordination avec le secteur médico-social et celle du parcours entre hospitalisation et soins de ville. »

Besoin d’infrastructures publiques à Saint-Jean-de-Luz

Pour Peio Etcheverry-Ainchart, la prise en compte globale de la problématique du vieillissement de la population relève du volontarisme et de la créativité : « On a besoin d’infrastructures publiques à Saint-Jean-de-Luz. En centre-ville, l’ancienne école de garçons est le lieu idoine. Nous proposons de le sanctuariser et d’y imaginer un projet de lieu d’accueil, entre le maintien à domicile et la maison de retraite. Une structure compatible avec les activités se situant dans le secteur, liées à l’enfance.

Les seniors pourraient apporter leur secours. De tels modèles favorisant la mixité générationnelle et sociale sont à imaginer, à inventer. »