Vous hésitez encore ?

A quelques jours du premier tour, vous hésitez encore ? C’est normal, après tout il y a de bonnes idées partout. Et pourtant, il y a tant de différences entre les trois listes luziennes, qu’on ne perçoit pas forcément dans les programmesHerri Berri vous livre quelques exemples, pour vous aider à faire votre choix.

Herri Berri, le choix de la franchise

Dans son programme, Peyuco Duhart cite une bonne note accordée par le journal Les Echos. C’est vrai que cela fait sérieux ; mais c’est périlleux quand on le fait en omettant de préciser que ce n’est pas la seule note décernée par ce quotidien, et que les autres sont bien moins flatteuses.Inversement, quand le groupe Herri Berri avait mené en 2013 ses enquêtes auprès des Luziens à Alturan ou au parking Cœur de Ville, il en avait donné TOUS les résultats, même ceux qui n’abondaient pas dans son sens.

Herri Berri, le choix de la responsabilité

Une élection municipale, c’est aussi des sollicitations extérieures sur des questions nombreuses, anecdotiques pour certains mais fondamentales pour d’autres, toutes dignes de respect. Du Pacte de transition énergétique aux consultations sur la collectivité territoriale, la LGV ou celle de l’association Harrera, seul Herri Berri a répondu à l’ensemble des sollicitations et s’est résolument montré disposé à assumer tous les enjeux qui se posent à la ville, municipaux comme extra-municipaux, et à leur proposer des solutions.

Herri Berri, le choix de la cohérence

En matière de langue basque, il y a toujours deux attitudes possibles : faire de belles déclarations d’intention en sa faveur mais en n’utilisant, en pratique, que le français ; ou faire vivre cette langue à côté du français, en bonne harmonie. Le meilleur test ? Les plaquettes de programme des trois listes !

Herri Berri, le choix de la démocratie participative

Le 8 mars dernier, un débat citoyen était organisé au cinéma Le Sélect sur le thème du logement. Les trois têtes de liste luziennes étaient invitées mais Peyuco Duhart brilla par son absence. Curieuse manière de saluer cette initiative civique, pourtant si rare aujourd’hui, en particulier sur une question dont on prétend faire son « fil rouge ». Non seulement Pascal Lafitte était présent au débat, mais le groupe Herri Berri a lui-même à son actif plusieurs réunions publiques sur divers thèmes depuis 2001, certaines dans les quartiers luziens, d’autres de grande ampleur à l’auditorium Ravel, en 2007 avec Michel Rocard et en 2008 avec Jean-Claude Gayssot, père de la loi SRU.

Herri Berri, le choix de l’alternative pour Saint-Jean-de-Luz

Vous n’avez plus confiance dans la politique ? L’UMP et le PS, on a déjà vu ce que cela donne ? Certes, l’UMP, c’est 21 ans de gestion à Saint-Jean-de-Luz et un récent quinquennat Sarkozy. Certes, le PS, c’est la majorité Hollande-Ayrault actuelle. Mais il y a une troisième voie dans notre ville.

Herri Berri, le choix d’une équipe

Ayez donc la curiosité de jeter un œil sur les affiches électorales : les images ont toujours un sens. Deux d’entre elles (UMP et PS) montrent un homme, seul, quasi providentiel, donnant l’apparence de deux ambitions personnelles. La troisième montre 33 femmes et hommes, qui ont pensé un projet ensemble, et le portent ensemble.tract bilan de la majorité pendant la précédente mandature