Le groupe abertzale Herri Berri redit son opposition à l’urbanisation du quartier Errota Zahar, à Saint-Jean-de-Luz. Car « des mauvais choix peuvent engendrer des catastrophes », explicite Pascal Lafitte.
Les inondations mortelles intervenues dans l’Aude poussent, ce jeudi 18 octobre, le groupe d’opposition municipale de Saint-Jean-de-Luz, Herri Berri, à redire son opposition à l’urbanisation du quartier Errota Zahar, sur la zone Chantaco Sud, à Saint-Jean-de-Luz.

Dans un communiqué explicité par le conseiller Pascal Lafitte, le parti abertzale rebondit sur la dramatique actualité nationale en mettant en parallèle les dégâts matériels et humains déplorés lors des crues de la Nivelle de mai 2007 et surtout du 26 août 1983. Une journée noire tristement marquée par « la mort de cinq personnes, deux à Ustaritz, et trois à Saint-Jean-de-Luz », rappelle leur représentant.

« Encore de trop grands risques »
Alors que le projet initial était menacé par la stricte application de la loi Littorale et du Plan de prévention du risque inondation, la mairie qui y a déjà construit la voirie et viabilisé plusieurs terrains projette désormais de classer la zone en « hameau nouveau intégré à l’environnement ». Un plan d’urbanisation réduit qui présente « encore de trop grands risques », marque l’opposition.

« Il s’agit d’une zone humide que tous les organismes officiels en charge des questions écologiques appellent à préserver  », dénonçait déjà Pascal Lafitte lors du conseil municipal du 28 septembre. Revenant à la charge, le conseiller met de nouveau en avant « la vocation de protection de cette zone tampon du lit majeur de la Nivelle, appelée à absorber ou retarder les crues ».

« En conséquence, face à ce risque potentiel, alors que ces événements climatiques sont appelés à se multiplier, et au delà des enjeux environnementaux que nous avons déjà dénoncés, Herri Berri demande le retrait pur et simple de l’ouverture à l’urbanisation de ce site »

L’article original de Vincent Dewitte, daté du 18 octobre 2018, est consultable sur le site de Sud Ouest