Restructuration de l’offre gériatrique : Berriak février 2017

La vente du site de Trikaldi est actée, ainsi que le transfert de ce centre public de gériatrie à Udazkena. Cette restructuration va se traduire par une perte de 36 lits de soins publics (30 lits de médecine gériatrique plus 6 lits de moyen séjour) sur un territoire qui englobe Saint-Jean-de-Luz et les villes voisines. Avec le départ de ces lits de médecine, c’est un vrai service de proximité qui ne désemplit pas qui va être transféré sur Bayonne, obligeant les familles souvent âgées à se déplacer. Cette situation va également créer des difficultés lors de l’hospitalisation et de l’orientation de ces malades âgés. A la lumière de cette réorganisation et compte tenu du manque d’anticipation de la majorité municipale sur les besoins à venir et la place que l’on veut accorder à nos aînés, Herri Berri réitère sa proposition : la mise en place d’une commission santé/ville extra-municipale qui traite de ce sujet afin de définir une politique en adéquation avec les besoins recensés. Comme nous l’avions déjà évoqué plus haut, « les aînés au cœur de la ville », la population luzienne est vieillissante, près de 4 habitants sur 10 ont plus de 60 ans. Or le vieillissement de la population à Saint-Jean-de-Luz n’est pas réellement pris en compte par la municipalité et par les pouvoirs publics en général, notamment dans des dimensions aussi importantes que le logement, la culture, la santé… voici les propositions de Herri Berri.
vieillissement de la population à Saint-Jean-de-Luz

Une offre de soin publique en déclin à Saint-Jean-de-Luz

En définitive nous garderons des lits de gériatrie à Saint-Jean-de-Luz, mais le prix à payer pour notre commune est loin d’être anodin. – D’une part la vente à un promoteur privé d’un terrain public jouxtant la maison de retraite par le centre hospitalier, après modification du Plan Local d’Urbanisme. Nous avons voté contre cette décision car nous avons estimé que ce foncier serait bien plus utile afin de développer des projets en lien avec la santé et le médico-social.

Une atteinte à l’égalité d’accès aux soins pour tous

D’autre part 10 lits sur les 30 que comporte aujourd’hui le service de médecine luzien sont affectés à la polyclinique de Saint-Jean-de-Luz, une structure privée, les 20 lits restants rejoignant le Centre Hospitalier. En résumé, les luziens mais pas seulement n’ont plus accès sur notre territoire à un service public de médecine. Il est à craindre que cette décision ne soit un obstacle de plus au regard de l’égalité d’accès aux soins pour tous. Autre inquiétude. Dans ce projet de restructuration de la filière gériatrique, a-t-on tenu compte des besoins à venir ? Il semblerait que non. C’est pour toutes ces raisons que nous avons proposé la tenue d’Assises des seniors dans la ville.