3 programmes de constructions à Karsinenea

Le quartier de Karsinenea a été choisi par la municipalité pour accueillir l’essentiel des nouvelles offres de logements à Saint-Jean-de-Luz. Ces constructions verront le jour dans les années à venir, comme indiqué dans le Plan Local d’urbanisme (PLU), et se feront par extension d’urbanisation (les bâtiments seront construits à proximité des immeubles existants sur des terrains naturels, agricoles ou boisés).

vue aérienne des zones du quartier Karsinenea dans le PLU de Saint-Jean-de-Luz
vue aérienne des zones du quartier Karsinenea dans le PLU de Saint-Jean-de-Luz

 

De 250 à 300 nouveaux logements devraient voir le jour, proposés par ces 3 programmes :

  • Ur Mendi, chemin d’Ametzague
  • Balcoin, avenue de Lahanchipia
  • Karsingo Borda, chemin d’Arroka

La construction de 350 autres logements, destinés au marché des résidences secondaires, est prévue dans la ville par ce même PLU. Actuellement, le taux de résidences secondaires à Saint-Jean-de-Luz est de 45%. Prévoir moins de résidences secondaires permettrait presque de s’affranchir de ces trois programmes et ainsi limiterait l’étalement urbain qui a un impact environnemental considérable (réduction des espaces naturels, défiguration du paysage, imperméabilisation des sols, augmentation du trafic routier…). Les orientations d’aménagement prévues à Karsinenea vont donc à l’encontre des enjeux climatiques du XXIe siècle et ne répondent pas aux demandes de la région qui souhaite une baisse de 50% de l’extension d’urbanisation.

Pour ces 3 programmes, Herri Berri s’interroge, car :

  • la voirie est inadaptée pour supporter une augmentation de trafic.
  • Les routes, aux heures d’affluence, sont déjà plus qu’encombrées.
  • l’environnement est sensible. Il y a une présence importante de bois, de cours d’eau et de terres agricoles.La construction en lignes de crête va défigurer le paysage.

Pour ces 3 programmes, Herri Berri propose…

  • de limiter l’extension d’urbanisation et de valoriser les espaces non bâtis dans ces zones déjà urbanisées.
  • de ne pas construire en ligne de crête, ni sur les espaces boisés, ni sur les terres agricoles pour limiter l’impact environnemental.
  • de conditionner l’urbanisation à l’étude préalable d’un plan de circulation adapté et d’une modification de la voirie pour accueillir une augmentation importante du trafic.
  • De plus, la création de services de proximité, de petits commerces et d’équipement public doit être clairement détaillée dans ces programmes et non pas uniquement évoquée, comme dans le programme Ur Mendi. Arrêtons la construction de nouveaux quartiers « dortoirs ».

Les 3 programmes à la loupe

Ur Mendi, chemin d’Ametzague

Dans la continuité de la résidence Terres Marines, ce projet prévoit la construction de 95 à 125 logements (habitats individuels et collectifs) sur 4,4 hectares de part et d’autre d’un vallon aux versants pentus.

vue aérienne du projet Ur Mendi quartier Karsinenea dans le PLU de Saint-Jean-de-Luz
vue aérienne du projet Ur Mendi quartier Karsinenea dans le PLU de Saint-Jean-de-Luz

Pour Ur Mendi, Herri Berri s’interroge, car…

  • la voirie est inadaptée pour supporter une augmentation de trafic.
  • La circulation pose déjà problème sur les voies existantes, avenue de Karsinenea, chemin d’Ametzague et d’Irachabal.
  • la création envisagée de deux voies en impasse, sans aucune connexion avec la circulation dans le quartier de Karsinenea, n’a pas de sens.
  • l’environnement est sensible : boisements et cours d’eau à conserver et protéger. Les enjeux écologiques sont forts. La création de 50 logements suppose la destruction de l’équivalent de 2 terrains de foot.
    la construction de bâtiments ayant jusqu’à 4 niveaux (R+3), en ligne de crête, entraînerait une défiguration du paysage. Ils seraient visibles depuis de nombreux quartiers.

Pour Ur Mendi, Herri Berri propose…

  • de limiter l’extension d’urbanisation au seul vallon nord, en continuité des constructions existantes.
  • de conserver les boisements au sud et à l’est (corridor écologique).
  • de ne pas construire des bâtiments collectifs en ligne de crête.
  • de conditionner l’urbanisation de ce secteur à la réalisation d’une voirie adaptée.

Balcoin, avenue de Lahanchipia

Ce projet de 60 à 90 logements est prévu au sud du quartier Urtaburu, en bordure de l’avenue de Lahanchipia. Il s’étale sur une superficie de 4,5 hectares dans un vallon en pente.

vue aérienne du projet Balcoin quartier Karsinenea dans le PLU de Saint-Jean-de-Luz
vue aérienne du projet Balcoin quartier Karsinenea dans le PLU de Saint-Jean-de-Luz

Pour Balcoin, Herri Berri s’interroge, car…

  • la voirie est à repenser, car la connexion avec le chemin d’Ametzague, inexistante actuellement, entraînerait un bouleversement du trafic dans le secteur. De même, la création d’un giratoire sur l’avenue de Lahanchipia pose question : coût, choix de l’emplacement et conséquence sur le trafic.
  • l’environnement est sensible : boisement, présence d’oiseaux protégés, passage de grands mammifères. Les terres agricoles sont à protéger.
  • la construction en crête sur ce site rend visibles les bâtiments depuis d’autres quartiers, même lointains, et depuis les voies de circulation. La consommation des terrains agricoles et naturels entraînerait la disparition de la coupure d’urbanisation entre Karsinenea et Urtaburu.

Pour Balcoin, Herri Berri propose…

  • de limiter l’extension d’urbanisation au seul terrain aval à proximité de l’avenue de Lahanchipia.
  • d’abandonner les constructions sur les terrains boisés et agricoles.
  • de ne pas construire en haut des pentes pour limiter l’impact paysager, important à cet endroit.
  • de repenser la voirie, notamment la liaison avec le chemin d’Ametzague, et de revoir l’emplacement du giratoire, à positionner plutôt au croisement de l’avenue de Lahanchipia et de la sortie d’Urtaburu ou à l’intersection de l’avenue de Lahanchipia et de la route de Balcoin.

Karsingo Borda, chemin d’Arroka

Ce projet situé entre l’avenue de Karsinenea et l’autoroute A63, dans une enclave de 1,1 hectare, doit permettre la création de 90 logements.
vue aérienne du projet Karsingo Borda quartier Karsinenea dans le PLU de Saint-Jean-de-Luz
Pour Karsingo Borda, Herri Berri s’interroge, car…

  • l’accès par le chemin d’Arroka présente d’ores et déjà des problèmes d’engorgement. La voirie est sous dimensionnée.
  • l’intégration paysagère des bâtiments à 4 niveaux (R+3) pose problème et aura un impact fort pour ceux qui vivent à côté.
  • la proximité de l’autoroute A63, à quelques dizaines de mètres, va entraîner d’importantes nuisances sonores et soumettre les nouveaux résidents à une pollution atmosphérique accentuée.

Pour Karsingo Borda, Herri Berri propose…

  • d’adapter la hauteur des constructions à celle du bâti déjà existant : constructions en escalier.
  • de conditionner l’urbanisation du secteur à la réalisation d’une voirie adaptée aux prévisions de densification de circulation.
  • de demander la mise en place d’un point de contrôle de la qualité de l’air à la sortie Saint-Jean-de-Luz nord, car la population vivant à proximité de l’autoroute est exposée à un risque de pollution plus important.