La PLU, qui dessine la ville sur les quinze prochaines années, ne fournit pas d’information sur l’avenir de nos stations d’épuration. Nous savons pourtant qu’à Saint-Jean-de-Luz, l’assainissement de nos eaux usées pose problème. Le nombre de jours de fermeture des plages, en été, en est la preuve. Malheureusement, le mal ne s’arrête pas là et rien dans le nouveau PLU ne laisse présager des jours meilleurs. Herri Berri vous explique ce qui coince et propose des solutions.
 


 

Qu’est-ce que l’assainissement ?

L’assainissement, à savoir la collecte et le traitement des eaux usées provenant des habitations, des locaux commerciaux et industriels raccordés, est un enjeu majeur dans la gestion d’une commune.
Assainir, c’est dépolluer nos eaux usées à l’aide de systèmes d’épuration pour pouvoir les rejeter dans le milieu naturel sans risque d’atteinte à la santé publique et à l’environnement.

carte de l'assainissement Saint-jean-de-luz
 

Etat des lieux de l’assainissement à Saint-Jean-de-Luz

À Saint-Jean-de-Luz, 99% des constructions sont raccordées à l’assainissement collectif dit « du tout à l’égout ». Le 1% restant est en assainissement autonome, c’est-à-dire non raccordé à une station d’épuration.
La gestion des eaux dites usées vise à répondre aux problématiques suivantes :

  • de salubrité publique, car les enjeux sanitaires sont importants, notamment au regard des zones de baignade.
  • de préservation de l’environnement, car les exutoires finaux sont en mer, un milieu à forte sensibilité écologique.
  • économique, car elle a un coût pour la collectivité et a des conséquences sur l’activité touristique avec les interdictions répétées de baignade.

La ville de Saint-Jean-de-Luz est équipée de deux types de réseaux :

    • unitaire, 40% de la population. Les eaux usées et pluviales sont canalisées ensemble.
    • séparatif, 60% de la population. Les eaux usées et pluviales sont canalisées séparément.

    Sur le territoire communal, l’assainissement collectif est réalisé par deux  équipements :

        • Station d’épuration de Cenitz, pour le quartier d’Acotz, en commun avec Guéthary.
        • Stations d’épuration d’Archilua, pour le reste du territoire communal.

        Ces deux stations d’épuration (ou STEP) sont secondées par des postes de refoulement, par exemple aux Flots Bleus ou à Erromardie, et des bassins tampon, par exemple le bassin de la place Verdun.

        Les deux stations ont des capacités de traitement limitées à :

        • 58 000 habitants pour celle d’Archilua
        • 10 000 habitants pour celle de Cenitz.

        exutoire d'Archilua à Saint-Jean-de-luz

         

        Une gestion des eaux usées à Saint-Jean-de-Luz défaillante

        La gestion des eaux usées à Saint-Jean-de-Luz repose donc sur deux STEP, Archilua et Cenitz, qui, sur le papier, sont capables de traiter les rejets de 68 000 habitants, donc a priori suffisantes pour les 14 000 Luziennes et Luziens, et les estivants.
        Cependant, le traitement des eaux usées de la station d’Archilua est non conforme depuis des années en raison de :

        • l’intrusion d’eau de mer dans les canalisations lors de certaines marées hautes.
        • la non séparation des réseaux (40% de la population envoie ses eaux de pluie à la station d’épuration), ce qui entraîne un dépassement des capacités de traitement les jours de mauvais temps, tout au long de l’année.

        De plus, la station de Cenitz atteint, en été, son seuil de traitement maximal.

        tableau capacité traitement station épuration Archilua Saint-Jean-de-Luz
         

        La station d’épuration d’Archilua – Saint-Jean-de-Luz

        On constate que par temps de pluie, les volumes collectés à Archilua sont très importants et dépassent la capacité de la station.
        En conséquence, de l’eau non traitée est déversée en mer une centaine de jours par an (104 en 2018) au poste de relèvement des Flots Bleus.

        Ces volumes déversés, et donc non traités, représentent 30 à 40% du volume global traité par la station d’Archilua. À cela s’ajoute une dizaine de jours de déversements d’eau non traitée aux postes d’Erromardie et d’Ichaca.
        D’année en année, le nombre de jours de ces déversements avoisine la centaine sans qu’il y ait d’amélioration notable.
        L’accroissement de la population durant la saison estivale a un impact faible sur les volumes d’eau à traiter, contrairement aux pluies qui entraînent quasi systématiquement des dépassements de capacité.

      tableau capacité traitement station épuration Cénitz Saint-Jean-de-Luz  

      La station d’épuration de Cenitz – Saint-Jean-de-Luz

      On observe que la capacité maximale de la station de Cenitz est presque atteinte en saison estivale, par temps sec. L’impact de l’activité touristique est fort, notamment à cause des campings et de l’occupation des résidences secondaires à Guéthary.
      Par temps de pluie, le taux de remplissage de la station est largement dépassé.

      En conclusion, il apparaît clairement que :

      • par temps sec, la station de Cenitz atteint son maximum de traitement en été. Elle n’est pas en capacité d’absorber une augmentation de la population.
      • par temps de pluie, les stations de Cenitz et d’Archilua ne sont pas adaptées pour traiter l’ensemble des volumes collectés, notamment en raison du réseau unitaire.

       

      L’assainissement, un enjeu majeur pour le développement de Saint-Jean-de-Luz

      L’assainissement doit être, comme une voirie adaptée, un préalable à tout projet urbain. La gestion des eaux usées répond aux problématiques de salubrité publique et de préservation de l’environnement. Poursuivre l’urbanisation de la commune sans avoir au préalable résolu les problèmes d’assainissement est un non-sens en terme de développement du territoire et de développement durable.
       

      La position d’Herri Berri sur la question de l’assainissement

      Sur la base de ce constat et des projets d’urbanisation présentés dans le PLU, notamment les programmes de construction en extension d’urbanisation qui vont entraîner l’artificialisation et l’imperméabilisation de dizaines d’hectares de sol supplémentaires, Herri Berri se positionne. Rappelons que sur un bassin versant de 649 ha, 51% sont déjà imperméabilisés.
       

      la qualité de l'eau Saint-Jean-de-Luz
       

      Herri Berri s’interroge sur

      • la pertinence des solutions proposées pour améliorer l’assainissement :- les volumes des nouveaux bassins tampon semblent clairement sous-dimensionnés.
      • les travaux de passage en réseau séparatif prendront des années et feront perdurer la situation actuelle.
      • la stratégie d’étalement urbain choisie par la mairie qui aggravera le problème de l’imperméabilisation des sols et celui du ruissellement des eaux pluviales.
      • le développement de l’urbanisation basé sur une mise au norme de l’assainissement à l’horizon 2040, une compétence qui relève de la communauté d’agglomération Pays basque.
      • l’absence de prise en compte de la non-conformité de la station d’épuration d’Archilua dans la politique d’aménagement et d’urbanisation de la commune.

       

      Les propositions d’Herri Berri en matière d’assainissement

      • subordonner l’ouverture de nouvelles zones de développement urbain à la desserte d’un assainissement collectif séparatif, performant et conforme. Sinon, il faut stopper toute urbanisation dans l’attente de travaux de mise en conformité.
      • prioriser les investissements communaux pour réduire la part du réseau unitaire en menant au préalable une étude sur les secteurs les plus impactants.
      • mettre en place une politique de sensibilisation auprès des particuliers et des entreprises.
      • réduire les zones imperméables, les parkings notamment, sur les terrains communaux pour les remplacer par des parkings de type « nid d’abeilles » où s’infiltrent les eaux de pluie, ce qui réduira les volumes d’eau à traiter.
      • augmenter les surfaces de pleine terre et les surfaces non artificialisées dans les différents projets, publics et privés, et dans l’ensemble des aménagements urbains.

       

      Toutes les solutions proposées auront un coût très important pour la collectivité, mais nous payons déjà le prix de nombreuses années de laxisme et de décisions inappropriées. La situation est grave et dure depuis déjà trop longtemps.

      Le choix de stopper toute urbanisation paraît radicale et aura un impact économique considérable, mais cette solution est proposée par les instances européennes afin de mettre un terme aux manquements répétés des pouvoirs décisionnaires de la côte basque, et donc de Saint- Jean-de-Luz, en matière d’assainissement. Avant de prendre de telles mesures, d’autres solutions existent, mais elles doivent être mises en place sans plus tarder, car l’urgence est là. Le modèle d’aménagement actuel est une fuite en avant avec des conséquences sanitaires, environnementales et économiques majeures qui nous rattraperons dans les prochaines années.
      Répondre aux problématiques de l’assainissement doit être un objectif prioritaire pour l’aménagement et le développement de notre ville.