Villa Stella : le volet social sacrifié !

Lors du Conseil Municipal de Saint-Jean-de-Luz le 22 septembre 2017, Peio Etcheverry-Ainchart, élu Herri Berri, a critiqué la façon dont le volet social du programme immobilier Villa Stella a été mené.

Villa Stella : un programme immobilier honteux pour Saint-Jean-de-Luz !

Nous en avons déjà longuement discuté en commission urbanisme et en commission AVAP il y a plus d’un an, le programme immobilier Villa Stella est pour Herri Berri une honte. Non pas dans le fait qu’il s’apprête à considérablement modifier l’aspect paysager de l’entrée du centre-ville ; notre groupe s’est toujours dit prêt à assumer la ville et la certaine dose de densification qu’elle suppose. Il est davantage problématique dans le fait que nous n’ayons jamais réellement envisagé l’éventualité d’une préemption de ce terrain, alors que pour le groupe Herri Berri la priorité en matière de politique urbanistique doit être dans la récupération de la maîtrise foncière. Mais le coup étant de toute manière parti, le problème principal n’est plus là. Il reste par contre dans la configuration du programme, tel qu’elle l’a été depuis le début envisagée par le promoteur.

Programme immobilier Villa Stella : le volet social sacrifié !

Nous aurons là 21 logements répartis en trois corps d’immeubles, dont deux de hauteurs différentes donnant sur l’avenue, et un qui sera en réalité une enfilade de petits logements en duplex, à l’arrière de la parcelle. Dans cette enfilade se situeront les 6 logements sociaux. Et c’est bien là le problème, car le volet social est littéralement sacrifié.

Un manque de mixité sociale

D’abord, le bâtiment « social » est physiquement distinct des deux autres, laissant la sale impression qu’il y a le coin des gens normaux, en haut, en façade et bien exposé, et le coin des « sociaux », bien caché derrière et en contrebas. Etant en arrière de parcelle et en rez-de-jardin, derrière deux grands corps d’immeubles de 5 étages (celui du programme lui-même et celui de la Résidence du parc voisine), ces logements sociaux seront en quasi-totalité et presque toute la journée dans la pénombre, et en outre totalement exposés à la vue plongeante des voisins. Ils ont maintenant une entrée commune avec les autres, mais à l’origine même ces accès étaient conçus à part, comme s’il fallait surtout éviter que ces gens se croisent.

Les arguments de la Commission AVAP :

En commission AVAP, vous aviez vous aussi été sensible à ces arguments, demandant une modification des entrées et des insertions paysagères intégrant les ombres portées ; mais à part la question des accès réellement modifiée, les nouveaux plans n’ont jamais levé les critiques sur le reste. Et finalement, voici ce que l’on peut lire dans le compte-rendu de la commission urbanisme de juillet 2016, celle qui a accordé le permis de construire : « Si les bâtiments sociaux ont pu soulever des questions, l’emplacement en entrée de ville proche du centre historique, et l’architecture des appartements en duplex sont des atouts pour des logements sociaux ». Cet extrait est déjà significatif dans les pudeurs de gazelle avec lesquelles il évoque les fameuses « questions soulevées ».

Mais surtout, il est scandaleux dans sa conclusion : en clair, soyez déjà contents d’habiter près du centre-ville, mais n’en demandez pas trop non plus. Notez la formulation : l’emplacement près du centre, apparemment parfaitement légitime quand il s’agit de logements en accession libre, devient par contre un « atout » quand il s’agit de logements sociaux, qui permet de largement compenser tout le reste. On croit rêver !

La commission urbanisme, ainsi que la CLAVAP, ont fini par donner un avis favorable, et je souligne être le seul à avoir confirmé à l’époque mon avis défavorable, que je maintiens aujourd’hui avec l’accord de mes collègues du groupe Herri Berri.
Ne pouvant décemment pas voter contre la subvention d’équilibre destinée au logement social, nous préférons donc purement et simplement ne pas prendre part au vote, et soulignons à nouveau les anomalies de cette affaire.

 

Fermer le menu