programme de la liste herri berri

Herri Berri est un groupe municipal présent aux côtés des Luziens depuis 2001. Ses élus ont défendu les intérêts de tous durant les conseils municipaux des deux mandatures écoulées. Ils portent également les dossiers les plus sensibles dans les quartiers, au plus près des habitants, d’abord et surtout à l’écoute de ceux-ci.

Herri Berri : un nouveau souffle pour une ville nouvelle !

La démarche de Herri Berri vise à replacer les luziennes et les luziens au cœur de la politique de la cité, et donc à prioriser des choix en phase avec leurs problématiques et aspirations.
En ce sens, notre démarche appartient à tous ; elle est l’expression d’un souffle nouveau pour une cité vivante, forte de son identité, appuyée sur son histoire et résolument tournée vers l’avenir.
En près de vingt ans d’une gestion municipale portée pratiquement par les mêmes personnes, avec des choix politiques inspirés par ceux de l’UMP, aucun des problèmes qui sont au cœur de la vie de notre cité n’a trouvé de solution ;
pire, dans bien des domaines, la situation s’est aggravée !

  • Comment prétendre aujourd’hui, que la possibilité de se loger à Saint-Jean-de-Luz est la même pour tous ?
  • Qui peut dire que circuler et stationner dans les rues, lors des périodes de grande affluence, est une affaire réglée ou simplement en voie d’amélioration ?
  • Comment ne pas s’alarmer face à la dégradation constante de la qualité et de la nature de trop nombreux commerces en centre-ville ?

Même si quelques amorces de solutions ont été proposées, force est de constater qu’elles ne sont pas à la hauteur car trop tardives, peu novatrices, datées et dépourvues de vision à long terme.

Herri Berri : une démarche proposée aux luziennes et aux luziens

La démarche du mouvement Herri Berri s’adresse à ceux qui, durant toute l’année, participent à la vie sociale et économique
de notre cité.
Elle parle à tous ceux qui, refusant une certaine fatalité, veulent une ville vivante où la mixité sociale et générationnelle sera prise en compte, et où les choix politiques seront écologiquement responsables.
Elle touche celles et ceux qui, pensant que la langue et la culture de ce pays fondent une identité, veulent qu’elle soit respectée et reconnue. Celle-ci pourra devenir une valeur commune, offerte à tous, nés ici comme venus d’ailleurs.

Herri Berri : une liste ouverte, plurielle, d’inspiration abertzale

  • Ouverte, pour que toutes les volontés et compétences puissent être réunies et mises aux
    services des Luziens.
  • Plurielle, pour que la démarche proposée aux Luziens témoigne au plus près de la réalité socio-économique de notre ville et des diverses sensibilités politiques qui la traversent.
  • D’inspiration abertzale, car notre cité fait partie d’un territoire singulier qui pose un certain nombre de problématiques sur lesquelles notre municipalité est appelée à se positionner, entre autres celles d’une collectivité territoriale pour le Pays Basque nord, ou d’un statut pour la langue basque.

Notre priorité: le logement

La question du logement est celle autour de laquelle l’opposition entre le groupe Herri Berri et la majorité UMP a été la plus frontale depuis 14 ans. La municipalité a tellement attendu que maintenant l’action publique est totalement bridée par le coût du foncier.

Au rythme actuel, il faudrait près de 30 ans pour parvenir à un niveau de 20% de logements sociaux, avant même que la loi l’élève à 25 %. Il faut donc une autre politique du logement dans cette ville, avec des priorités différentes.
Un exemple ? Saint-Jean-de-luz, c’est plus de 12.000 logements pour 14.000 habitants, soit largement assez de logements, mais 45 % sont des résidences secondaires.
Herri Berri est attaché au principe d’une modification législative permettant de mettre à contribution ces résidences secondaires.
Mais pour l’instant, la Ville est contrainte de produire davantage de logements.

Logement : Herri Berri propose

    • De développer les réserves foncières au centre-ville (école Saint-Joseph, périmètre garage Lamerain/port) et à proximité (Fargeot). Lors de leur aménagement, pas de revente de foncier public mais des baux à long terme.
    • De produire du logement pour tout un chacun : objectif minimal de 100 logements sociaux par an, en priorité près du centre (ancienne école des garçons, ateliers techniques municipaux) et en continuité des lotissements récents.
      Consigne de 50 % de logements sociaux (40% de locatif et 10% d’accession) à tout programme privé collectif. À échelon intercommunal, création d’un Hôtel social et élargissement de l’accès au Foyer des Jeunes Travailleurs aux saisonniers.
    • De produire un urbanisme équilibré et responsable : lancement d’une opération d’amélioration thermique et énergétique des bâtiments publics. Installation dans les quartiers périphériques de commerces et services de proximité (au moyen de baux commerciaux à tarif préférentiel).
    • De dédier une personne à l’animation des quartiers et au développement de systèmes d’échanges, d’entraide, d’initiatives locales de tout type (culturel, sportif, éducatif…). L’urbanisme n’est pas que statistique, les quartiers pas que des dortoirs.

    Améliorer la qualité de vie des luziens

    L’attractivité saisonnière de Saint-Jean-de-Luz génère un flux massif de véhicules en direction du centre-ville. La qualité
    de vie des Luziens s’en trouve fortement altérée.

    Les réponses apportées jusqu’à aujourd’hui ne sont pas à la hauteur ; elles contribuent même, sur certains plans, à l’aggravation du problème. Pourtant, ici comme ailleurs, nulle fatalité mais des solutions. Seule une réflexion globale, portant sur l’ensemble des mobilités, permettra de poser des solutions novatrices et efficaces, en accord avec les principes de développement soutenable.

    Qualité de vie : Herri Berri propose

    • Création de parkings relais extérieurs à destination des visiteurs :
      – annoncés par une signalétique renforcée, en temps réel, sur les conditions de circulation et de stationnement en centre-ville,
      – positionnés au plus près des axes de circulation entrants,
      – reliés au centre-ville par des navettes circulant sur des itinéraires protégés, avec une fréquence horaire variable et adaptée à la demande.
    • Optimisation des parkings de proximité : Harriet Baita et Marañon, avec mise à disposition de vélos sur ces sites.
    • Aménagement du centre historique vers un développement de la piétonnisation et des modes de déplacement doux.
    • Limitation de l’accès à l’hypercentre, en saison, aux seuls véhicules des résidents.
    • Liaison cadencée avec les arrêts du centre-ville par des navettes pour les quartiers excentrés (Alturan, Karsinenea, Elgar…).
    • Étude de la création d’une passerelle piétonne en continuité de la jetée vers Socoa, au-dessus de la passe d’entrée du port
    • Dans le cadre de l’ensemble des dispositions proposées, Herri Berri juge donc inopportune la construction d’un parking souterrain supplémentaire en centre-ville.
    • Par ailleurs, en concertation avec les acteurs institutionnels et dans le cadre plus vaste de l’Eurocité Baiona-Donostia, la Ville participera à la mise en place d’un schéma de transports collectifs cohérent et efficace, sur le modèle du tram-train

    Relancer la dynamique commerciale

    Cela saute aux yeux, depuis une vingtaine d’années la vie économique et surtout commerciale de Saint-Jean-de-Luz a changé de visage : assurances, banques et agences immobilières sur les boulevards, glaciers et boutiques vestimentaires dans la rue Gambetta, ont remplacé les petits commerces de proximité.
    Une ville qui se projette vers l’avenir ne doit pas être une ville qui perd son âme et ne vit qu’en saison. Or, initier, encourager, fédérer les initiatives visant à créer des emplois pérennes, s’inscrivant dans le cadre d’un développement durable et respectueux de notre identité, tel doit être le rôle d’une municipalité.

    Une ville à redynamiser : Herri Berri propose

      • De relancer la dynamique commerciale aujourd’hui en panne par la création d’un véritable Office de Commerce, doté d’un budget propre, avec à sa tête un technicien reconnu, à même de fédérer l’ensemble des acteurs du commerce luzien (commerçants et propriétaires de fonds) autour d’un projet clair indissociable d’une concertation autour de la problématique des baux précaires
      • D’appuyer toute initiative visant à développer l’économie de proximité :
        – Soutenir les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne),
        – Promouvoir l’Eusko (monnaie locale),
        Encourager l’installation de commerces de proximité.
      • D’orienter davantage l’action de l’Office de Tourisme vers la mise en place d’un calendrier d’animations sur toute l’année à destination des Luziens également.
      • De peser au sein de l’intercommunalité pour que Jalday et Laiatz maintiennent leur vocation première de zones d’activités artisanales et industrielles.
      • D’impulser, en synergie avec les Plateformes d’Initiative Locale, tout projet innovant permettant d’exploiter de manière responsable les ressources issues de la mer (énergie marémotrice, ferme marine…).

      Une nouvelle politique sociale

      Notre ambition en ce domaine est la mise en place d’une nouvelle politique sociale, à la fois innovante et participative, fondée sur une solidarité à destination de tous les luziens.
      Notre politique sociale passe d’abord par un état des lieux ; songeons qu’il n’y a actuellement aucun dispositif destiné à connaître et analyser la situation communale – et communautaire – en matière de santé publique. A partir des besoins recensés et en concertation avec tous les travailleurs sociaux, associations et acteurs de terrain, la Ville mettra en place une action tentant de réduire inégalités et exclusions, et garantir l’accès pour toute la population luzienne aux droits fondamentaux.

      Herri Berri propose

      • Enfance :
        – Sur le pôle petite enfance, mettre en place une équipe pluridisciplinaire afin d’accompagner les parents en difficultés ;
        – Développer l’offre des activités socioculturelles municipales accessibles à tous les enfants ;
        – Ouvrir une crèche bascophone.
      • Jeunesse :
        – Renforcer le travail commun entre le Service Jeunes, Sagardian et les acteurs sociaux, afin de diversifier l’offre des activités ouvertes à tou(te)s, tout au long de l’année ;
        – Créer une maison de l’Adolescence à destination des jeunes et de leurs parents.
      • Familles :
        – Renforcer le soutien au CCAS et à Sagardian dans leurs missions ;
        – Proposer la mise en place d’un Plan Local de Santé aux niveaux communal et communautaire ;
        – Pérenniser le groupe de travail sur les violences faites aux femmes et ses actions ;
        – Créer une épicerie sociale.
      • Seniors :
        – Créer un guichet unique d’accueil de proximité pour les personnes âgées et/ou handicapées et leur entourage (CLIC) ;
        – Conserver dans le domaine public le foncier menacé de vente à Trikaldi et Udazkena et développer de nouvelles structures telles qu’un « accueil d’hospitalisation de jour» afin de soulager les aidants.

      Pour une culture vivante et populaire

      Pour Herri Berri, la culture est ce qui nous constitue. Ce n’est pas un simple loisir, un passe-temps dont on peut se passer, surtout en temps de crise.
      Or, un nombre important de Luziens ne se retrouvent pas dans la politique culturelle menée par la majorité sortante, dont les lignes de force sont trop souvent orientées vers les paillettes, l’évènementiel, la communication. Il est urgent de replacer les citoyens au centre des préoccupations, décliner la programmation culturelle de manière différente, décentralisée et accessible sans exclusion.

      Une ville à redynamiser : Herri Berri propose

        • Toutes les cultures :
          Soutien à la création culturelle et artistique au niveau local (résidences d’artistes ; ouverture aux modes d’expression modernes de type nouveau cirque, musiques actuelles, arts de la rue…) ;                                                  – Promotion de la diversité culturelle existant dans la ville (cultures de tous types et toutes origines) ; recherche d’un jumelage de la ville avec une/des villes liées par exemple à son identité portuaire ;                                               – Promotion d’une culture basque vivante, libérée de sa conception folklorique actuelle.
        • La culture pour tous :
          Création d’un poste de médiateur culturel intercommunal pour diriger le projet culturel vers toute la population, en associant davantage le tissu associatif. Harriet Baita sera rénovée afin d’y accueillir un pôle culturel et les anciens tennis couverts deviendront une salle modulable, adaptable à l’accueil de spectacles.
          Agrandissement de la médiathèque sur le bâtiment vacant qui lui fait face au coin de la rue Moco (photo ci-dessus).
          Création d’un centre intercommunal d’interprétation du monde de la pêche et de la mer, en lien direct avec l’activité du port (exemple : pescatourisme).
        • La culture partout :
          Décentralisation de la culture dans les quartiers périphériques, par un programme annuel d’animations culturelles en harmonie avec les initiatives émanant de ces quartiers.
          Symboles de la fête à Saint-Jean-de-Luz, Donibaneko bestak n’est qu’un événement circonscrit au centre-ville. La Ville cherchera à y intégrer progressivement les quartiers périphériques, en association avec leurs habitants.

        L’école : une ambition au service de nos enfants

        Saint-Jean-de-Luz doit investir dans l’avenir, les enfants scolarisés dans nos écoles en sont une part essentielle.
        Conscient de cette réalité, Herri Berri mettra en place une politique en direction du monde scolaire à la hauteur des enjeux pour notre ville. Ainsi, tout écolier inscrit dans une école luzienne, indépendamment du choix de ses parents, se verra offrir les mêmes chances de réussite scolaire au regard des interventions budgétaires municipales. Celles-ci se déclineront, entre autres, au niveau des six points développés ci-dessous.

        Pour l’école, Herri Berri propose

        • Locaux scolaires :
          Entretien-rénovation pour une fonctionnalité optimale et économe des bâtiments ;
          Transfert de la cantine dans les locaux de l’École du Centre.
        • Réflexions et action dans les différents champs scolaires, en concertation avec les partenaires éducatifs :
          – Réfléchir aux conditions d’une extension de l’offre bilingue basque-français à l’ensemble des écoles luziennes ;
          – Etudier la possibilité de servir aux enfants des repas bio dans les cantines;
          Renforcer l’accès des écoles aux nouvelles technologies de l’information et de la communication ;
        • Proposer dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires :
          – une initiation aux langues basque, espagnole, anglaise ;
          – des activités culturelles et sportives de qualité en relation avec les associations luziennes.

        Pour les élections municipales, la liste Herri Berri propose un programme complet basé sur des convictions, un contat d’échec de la majorité sur certains points et la volonté de faire mieux et autrement.

        Si vous souhaitez approfondir une thématique particulière, nous avons créé des programmes par thèmes tels que le logement, l’économie, l’école, la culture, les mobilités urbaines, les solidarités, le sport et la santé, la qualité de l’eau, la qualité de l’air, les risques naturels, la citoyenneté et la biodiversité.

        Vous pouvez également retrouver notre programme sonore à l’attention des personnes mal-voyantes.