Le Pays Basque est une terre attractive en partie par ses atouts touristiques divers (climat, mer, montagne…) et donc, depuis l’essor touristique de masse débuté à partir des années soixante, est devenu une destination touristique prisée et à la mode.
Ce flot saisonnier de touristes en provenance des six coins de l’Hexagone, mais aussi de l’Europe entière, a un impact fort en terme d’activité économique, de création d’emplois, mais génère également de nombreuses nuisances pour la population locale du Pays Basque. Saint-Jean-de-Luz, ville côtière, réputée pour son cadre, son port, ses plages, son arrière pays est au cœur de cette zone attractive et peut voir, certains week-ends et en saison, sa population multipliée par six, approchant ainsi le seuil des 80 000 habitants.
Il va sans dire qu’un tel afflux de personnes exogènes, au regard des infrastructures routières existantes, ne peut que générer de graves nuisances au niveau des mobilités urbaines de notre ville.
A ce niveau de nuisances subies, c’est par-delà la perte d’attractivité économique, la qualité de vie des Luziens qui est en jeu, voire sur certains lieux de la cité, leur santé !
Ce constat est partagé par tous, Luziens comme visiteurs, et en conseil municipal par les membres de l’opposition comme ceux de la majorité.

embouteillages sur l'autoroute A63

 

Avec tous nos concitoyens, nous ne demandons, nous ne voulons qu’une chose : une ville qui respire !
L’attractivité saisonnière de Saint-Jean-de-Luz génère un flux massif en direction du centre-ville. Les réponses apportées jusqu’à aujourd’hui ne sont pas à la hauteur ; elles contribuent même, sur certains plans, à l’aggravation du problème.
Pourtant, ici comme ailleurs, nulle fatalité mais des solutions. Seule une réflexion globale, portant sur l’ensemble des mobilités, permettra de poser des solutions novatrices et efficaces, en accord avec les principes de développement soutenable.
Pour que notre ville puisse respirer, objectif clair, nous déclinons à son service une stratégie lisible.

 

programme sur les mobilités urbaines

Retirer le maximum de voitures du centre ville

Comme pour la lutte contre la mer, une partie du combat se joue en amont de notre ville, c’est-à-dire avant que les voitures ne soient entrées dans le centre.
L’information à des destination des visiteurs concernant la saturation des voies d’accès à notre ville, ainsi que les disponibilités pour garer leur véhicule en stationnement de surface ou souterrain, nous semble de la première importance ; en effet, c’est à partir de ces données objectives et actualisées qu’ils pourront prendre la décision de se garer sur les parkings extérieurs.
De plus, il s’agira aussi d’enlever les voitures qui ne font que traverser Saint-Jean-de-Luz, sans s’y arrêter, afin d’éviter de payer le péage autoroutier (plus de 60 % des automobiles).
Ce contournement routier de notre ville existe bel et bien in situ : c’est l’autoroute

Herri Berri propose

La création de parkings relais extérieurs à destination des visiteurs :
✓ annoncés par une signalétique renforcée, en temps réel, sur les conditions de circulation et de stationnement en centre-ville.
✓ positionnés au plus près des axes de circulation entrants.
✓ reliés au centre-ville par des navettes circulant sur des itinéraires protégés, avec une fréquence horaire variable et adaptée à la demande.
✓ reprise des discussions à l’échelle de la Communauté d’agglomération afin d’obtenir la gratuité du contournement routier de Saint-Jean-de-Luz.

Un réseau navettes-parkings de proximité

Les luziens et les personnes qui, pour des raisons professionnelles, pour des motifs commerciaux ou pour utiliser les services publics offerts par notre ville, doivent s’approcher en voiture du centre, pourront utiliser les parkings de proximité que sont Marañon (Ravel) et Harriet Baita. A partir de ceux-ci, ils pourront pénétrer dans l’hypercentre et circuler dans les rues ou places commerçantes en utilisant des modes de déplacement doux (marche à pied, vélos…). Un second choix leur sera proposé, qui se fera à partir de navettes mises à leur disposition.
Par ailleurs, afin de tenir compte du phénomène de saisonnalité propre aux villes touristiques, l’accès à l’hypercentre sera modulé en fonction du trafic prévisible, tant piéton que motorisé. Pour ce qui concerne le stationnement de surface payant, une carte d’abonnement mensuel ou annuel à tarif préférentiel sera proposée aux Luziens.
D’autre part, afin que l’hypercentre et les zones de chalandise associées conservent leur caractère attractif, il est primordial que leur accès soit libéré de tout excès de voitures générant embarras circulatoire, bouchons et impossibilité de stationner Pour autant, il doit demeurer accessible à tous !
Ce sera donc tout l’enjeu de la mise en place des navettes qui devront apporter la réponse à cette problématique ; par leur intermédiaire notre centre-ville devra être accessible depuis les parkings relais extérieurs, les parkings de proximité et les quartiers excentrés que sont Alturan, Karsinenea, Elgar, Erromardi… Ces liaisons devront être justement cadencées en fonction de la saison et des usagers concernés, mais aussi en fonction des heures de la journée (heures d’embauche et de sortie du travail, notamment).
Sur un plan plus ludique, la discontinuité du chemin piétonnier du littoral à hauteur du port devra être solutionné afin de permettre une liaison directe Sainte-Barbe/Socoa, sous la forme d’une promenade piétonne rendue possible au- tour de la baie.

Herri Berri propose

optimisation des parkings de proximité, Marañon (Ravel) et Harriet Baita, avec mise à disposition de vélos sur ces sites.

✓ Dans le cadre de la rénovation du fronton, étude de la réalisation d’un parking d’un seul niveau, attenant au parking Perkain, sous la kantxa (dalle où se déroulent les parties de pelote).

✓ aménagement du centre historique vers un développement de la piétonisation et des modes de déplacement doux. Limitation, en saison, de l’accès à l’hypercentre aux seuls véhicules des résidents.

liaison cadencée avec les arrêts du centre-ville par des navettes pour les quartiers excentrés (Alturan, Karsinenea, Elgar, Erromardi…).

✓ étude de la création d’une passerelle piétonne en continuité de la jetée vers Socoa, au-dessus de la passe du port.

axe nord-sud Bayonne/Saint-Sebastien

 

Une vision plus large

A une échelle plus large, se posera à moyen terme la problématique des liaisons inter-cités au niveau de la conurbation Bayonne-Donostia. Celle-ci regroupe déjà près de 600 000 habitants !
Saint-Jean-de-Luz y est géographiquement posé en son centre ; les enjeux induits en terme de mobilité sont évidents et conséquents pour toute la population de cette partie du Pays Basque.

Herri Berri propose

✓ en concertation avec les acteurs institutionnels et dans le cadre plus vaste de l’Eurocité Baiona-Donostia, La ville participera à la mise en place d’un schéma de transport collectif cohérent et efficace, sur le modèle du tram-train.

Téléchargez le programme complet de la liste Herri Berri aux élections municipales à Saint-Jean-de-Luz dans le domaine des mobilités urbaines