Depuis son ouverture au public en 2003, la piscine sports-loisirs a toujours été gérée sous le régime de la concession de service public.

Cela a permis à la Ville de se dégager de la gestion de l’équipement en déléguant celle-ci à un opérateur privé, « à ses risques et périls », mais aussi, en toute logique commerciale… à son profit ! Selon nous, le temps est venu d’envisager un autre type de gestion, qui pourrait être celui de la gestion du service en régie publique, pour de nombreuses raisons :

Embrouilles avec les deux derniers concessionnaires dont les DSP s’achèvent en conflit : non paiement des travaux à la charge du premier concessionnaire (délib.14) et refus par le second du dédommagement de 50 000€ proposé par la Ville relative à la crise sanitaire.

Politique tarifaire jugée trop onéreuse par la majorité des usagers qui pourrait être minorée dans le cadre d’une gestion en régie.

— L’exploitation d’un service public tel que celui d’une piscine est toujours déficitaire; certes, mais sous le régime de DSP la Ville accorde «une subvention de compensation pour l’exploitation de la piscine» de 500 000€ (budget 2021). Pour celui-ci, c’est bien l’équivalent d’un déficit structurel qui se répète année après année.

Bayonne, Anglet, Biarritz, Hendaye ont en commun le fait d’avoir une gestion en régie de leur piscine. Aucune n’envisage une sortie de la gestion en régie municipale : c’est donc que ce mode de gestion leur convient ! Ils assument le déficit d’exploitation de ce service public comme nous l’assumons, mais sous la forme d’une subvention de compensation réglée à l’opérateur privé, ce qui vous en conviendrez revient au même d’un point de vue strictement comptable !

— Vous nous opposez depuis l’ouverture de cette piscine que sa spécificité par rapport à ses voisines réside dans le fait qu’il s’agit d’une piscine sports-loisirs avec une dimension commerciale résultant d’animations à mettre en place. Et ça, en 2003, on ne savait, paraît-il, pas faire; c’est le « point dur » aurait dit un de vos prédécesseurs ! Mais, en se donnant la peine de chercher, nous avons une solution en magasin !

Depuis quelques années existe une structure, « St Jean de Luz Animations et Commerces » dont le but est bien de gérer à l’échelle de la ville des animations commerciales.

Nous pensons, qu’en accord avec son cœur de métier, pourrait lui être également déléguée la partie animation commerciale de la piscine. Ainsi donc, les parties techniques et commerciales de la gestion de la piscine sports-loisirs pourraient être gérées par le biais d’une régie municipale, dans l’intérêt et à l’avantage, à notre avis, des Luziens !

Dans ces conditions et pour conclure, Herri Berri vous fait, Mr le Maire une proposition : Prenons cette année, la possibilité nous en est offerte avant juillet 2022, pour examiner le coût réel, chiffré, d’une gestion en régie municipale que nous pourrons comparer à une gestion en concession de service public. Le Conseil pourra, alors, se prononcer sur un choix éclairé, en toute transparence devant les Luziens, hors de toute posture idéologique opposant les partisans du secteur public à ceux du secteur privé !