« Herri Berri, la liste abertzale, sera logiquement menée par Pascal Lafitte. Il a officialisé sa candidature hier, et présenté sa liste ouverte à des sensibilités différentes.Il achève son second mandat à la tête de l’opposition abertzale luzienne. Pascal Lafitte, prend de nouveau, et en toute logique, la barre du navire Herri Berri pour voguer vers la mairie. Insistant sur « la dimension collective » de la candidature, il a l’officialisée hier entouré d’une dizaine de colistiers. À 56 ans, le directeur de l’école du Centre, encarté à Abertzaleen Batasuna, incarnera donc la liste de 33 noms dévoilée »La façonner aurait été, assure-t-il, plus simple que les fois précédentes. Et pour cause : « Nous avons eu le choix », pose le chef de file abertzale, en décrivant une liste renouvelée « à plus de 70 % » par rapport aux dernières municipales. Objectif affiché dans un premier temps : passer le cap de la seconde dizaine au premier tour. En 2008, les abertzale avaient engrangé 19,47 % des voix.C’est classique, ici ou ailleurs, et de quelque bord qu’ils soient, les candidats promettent toujours en substance « une liste ouverte » avec des « catégories socioprofessionnelles diversifiés », « des jeunes », « des moins jeunes », « des gens de tous les quartiers », bref, « des profils variés ».
Pascal Lafitte tête de liste Herri Berri aux municipales 2014
Herri Berri n’échappe pas à la règle. Sauf que ce coup-là, les abertzale luziens ont pu puiser dans un vivier nouveau. Pascal Lafitte estime que c’est « le résultat du travail effectué dans l’opposition ces dernières années ». De quoi, dit-il, leur permettre au final, « de construire une liste en fonction de plusieurs de ces critères » et d’élargir un peu le spectre à d’autres sensibilités de gauche, voire même du centre.On le savait par exemple, avec le ralliement voilà plusieurs mois de l’élue communiste Yvette Debarbieux, dissidente du groupe des élus de gauche mené par le socialiste Émile Amaro. Elle sera en 4e position. Autre prise de guerre, le socialiste Daniel Labandibar, en numéro 11, qui a préféré les abertzale à l’équipe qu’il suivait en 2008. À noter également la symbolique 31e position, de l’ancien conseiller municipal Vert, Christian Sauvé. « On a aussi des gens qui étaient plutôt Modem, par exemple Françoise Jouet », glisse Pascal Lafitte.En haut de liste, on retrouve ses deux actuels colistiers, à savoir Peio Etcheverry-Ainchart et Alain Duclercq, mais aussi Lamia Horchani, qui a effectué la première partie du mandat avant de laisser sa place pour des raisons personnelles.Anciens et nouveaux, âgés de 23 à 73 ans, planchent en tout cas autour de trois grands axes qu’Herri Berri distille déjà de conseil municipal en conseil municipal. D’abord l’inévitable question de la complexité à trouver un logement sur la commune, puis celle de l’emploi et du développement économique et enfin les problématiques de stationnement et de circulation pour lesquelles, ils vont, assurent -ils, proposer « des solutions novatrices ». Pour les découvrir, les électeurs devront attendre la finalisation du programme. Herri Berri ne le dévoilera qu’en mars.Vous pouvez lire l’article sur le site de Sud Ouest