Le réaménagement urbain du centre-ville de Saint-Jean-de-Luz autour du port et de la place Foch est nécessaire pour la ville. Toutefois, certains points posent encore problème avec le projet Foch. La question de la destination du parking souterrain en est un. La gestion des déchets inertes en est un autre. Pascal Laffite évoque ces deux problèmes lors du conseil municipal du 27 septembre 2019.

Un parking pour les luziens et les professionnels

Au sortir de l’été et après les engorgements récurrents et insupportables qu’ont connus nos avenues, rues, places et parkings, nous allons une fois de plus – tel Sisyphe remontant son rocher- rappeler pourquoi nous sommes opposés, non pas, dans l’absolu, à la construction d’un parking souterrain à Saint-Jean-de-Luz, mais à la destination que vous lui attribuez.

engorgement des routes embouteillées à saint-jean-de-luz
embouteillages à Saint-jean-de-luz

 

L’argumentaire puisque hélas récurrent sera synthétique; nous pensons que:

  • Les résidents luziens et les personnes ayant une activité professionnelle doivent pouvoir accéder au centre ville et stationner au plus près de celui-ci.
  • La circulation engorgée génère une pollution atmosphérique conséquente impactant gravement la santé de nos concitoyens (fait avéré médicalement).
  • Le stationnement de surface consomme trop d’espace et participe à la dégradation visuelle de notre cité; dans ce cas d’espèce, un parking souterrain peut constituer une des réponses envisageables.
  • Des parkings souterrains de grande capacité à destination de visiteurs d’un jour, situés au plus près de l’hyper centre, constitueront et constituent, déjà pour les deux existants, des « aspirateurs à voitures » avec toutes les conséquences déjà décrites et subies par tous les Luziens.

Pour toutes ces raisons, ces parkings souterrains doivent être, à notre avis, dédiés en priorité aux résidents et professionnels; l’objectif étant, vous l’aurez tous compris, de fluidifier la circulation, de faciliter le stationnement tout en limitant également la consommation d’espace des véhicules stationnant en surface.
Des parkings relais de grande contenance associés à un service de navettes en site propre et au cadencement adapté doivent être le plus rapidement proposés à « ces visiteurs d’un jour ».
Ces enjeux de mobilité couvrent plusieurs domaines impactant la santé et la qualité de vie de nos concitoyens mais aussi l’attractivité économique de notre ville.
Ils sont suffisamment importants pour que des réponses efficientes soient apportées; pour nous force est de constater que la destination que vous proposez à ce parking souterrain de l’îlot Foch ne fait partie de celles-ci.
En conséquence, conscient de l’aspect essentiellement technique du vote de cette DSP, qui aurait pu se traduire par une abstention, mais davantage pour bien marquer notre opposition sur le fond à la destination de ce parking Herri Berri vote NON à cette délibération.

La gestion des déchets inertes à Saint-Jean-de-Luz

Autre point du débat relatif à cette délibération. que faire des déchets inertes du parking souterrain Foch ? L’extraction et évacuation, suivant le nombre de niveaux du parking, de près de 100 000 m3 de terre supposés et espérés non pollués; site dédié au stockage (ISDI): La Croix des Bouquets avec une capacité de 400 000 m3 sur 10 ans pour l’ensemble de la partie de l’Agglo Sud Pays Basque, soit une capacité de 40 000 m3 par an.
Le parking souterrain Foch, à lui seul, saturera près de la capacité totale du site en 1 année. Les 40 000 m3 par an sont largement dépassés !

dechets inertes construction

Pour en terminer, une question et une sollicitation :

  1. Les déchets issus de Foch, seront-ils tous inertes? Si ce n’était pas le cas, le coût du stockage et du traitement de ceux-ci sera totalement différent. Avez-vous anticipé et de quelle façon cette situation?
  2.  Monsieur le Maire, la presse rapporte que « vous êtes sensible aux remarques formulées tout récemment par le groupe d’opposition Herri Berri sur la gestion des déchets inertes ».

Nous sommes nous aussi sensibles à l’intérêt que vous portez à nos propos; il est, en effet, de bonne méthode que vous confortiez votre analyse à l’aune d’une source documentée et objective!
Mais à Herri Berri, nous ne nous payons pas de mots et ce sont des actes que nous voulons voir posés. Le premier auquel nous vous demandons d’accéder est celui-ci:

Nous vous demandons, au nom de la transparence et de l’exemplarité que doit porter tout chantier public, de nous communiquer les documents de suivi/traçabilité des déchets inertes issus du parking Foch mais aussi des autres opérations du BTP d’envergure à venir: Lilitegia, l’EPHAD Udazkena, le pôle culturel, les Hauts de Jalday . . . Votre réponse Mr le Maire?
Par ailleurs et pour conclure avec une application concrète et à traiter apparemment, hélas, dans l’urgence.
Deux chantiers, EPHAD Udazkena et Trikaldi, verront dans les semaines à venir, respectivement, 6 000 m3 et 10 000 à 12 000 m3 de terre à évacuer et à stocker.Lundi matin, commencera l’évacuation de ces 6 000 m3 de terre de l’EPHAD Udazkena. Le chantier est public, la commune maître d’ouvrage et c’est donc vous qui avait pu répondre aux interrogations du terrassier quand à la destination de ces terres.

En toute transparence, pouvons-nous connaître le nom de l’ISDI (installation de stockage de déchets inertes), du site vers lequel ces terres seront stockées?
Sera-t-il en mesure, par la suite, d’absorber les 10 000 à 12 000 m3 de terre à venir en provenance de Trikaldi?

Pour conclure et synthétiser la position d’Herri Berri, nous dirons qu’à partir d’une situation d’opportunité, à savoir la requalification de l’îlot Foch, site stratégique en entrée de ville, et après avoir attendu la mouture définitive du projet, nous estimons que les conditions ne sont pas réunies pour que nous le votions.

Tant sur le plan des mobilités ( la destination du parking Foch) que sur celui de la problématique du logement en centre ville argumentée par Peio, vos réponses ne sont pas à la hauteur des enjeux posés.

Même si dans ce projet tout n’est pas à jeter (partie économique et urbanistique) et si vous avez su nous écouter pour modifier vos options ( bâtiment à visée économique sur la place et minéralisation excessive du site), la prise en compte des fondamentaux ne nous semble pas au rendez-vous.

Vous auriez pu mieux faire, l’opportunité est pour nous globalement manquée, et avec de nombreux Luziens, sincèrement, nous le regrettons.