Le projet d’agrandissement du pôle petite enfance d’Ichaca est-il en passe d’être mis à l’écart par les élus de la majorité ?

Un projet qui traîne en longueur

Le projet traîne depuis plus de quatre ans et plus personne n’y croit vraiment… Le journaliste Arnaud Dejeans pour Sud Ouest fait le point sur la question.

Le projet d’agrandissement des bâtiments à l’entrée d’Ichaca est enfin sur de bons rails. Mais la question de l’intégration de nounous bascophones reste en suspens.
Il faudra quand même attendre la pose de la première pierre pour y croire vraiment. L’agrandissement du Pôle petit enfance d’Ichaca semble enfin sur de bons rails. « L’objectif, c’est d’être prêt pour la rentrée de septembre 2018 », annonce l’adjointe à la jeunesse, Patricia Arribas-Olano, en déroulant un calendrier idéal : dépôt du permis de construire en avril et début des travaux en septembre 2017 pour une durée d’un an environ.
Les locaux actuels (1) seront agrandis de 900 mètres carrés pour pouvoir accueillir le centre de loisirs et une Maison d’assistantes maternelles bascophones (MAM). « Il y aura une restructuration complète du Pôle petit enfance avec, notamment, une nouvelle salle de restauration et un bâtiment doté d’une entrée indépendante pour la MAM », poursuit l’élue.

façade du pôle petite enfance

« De la mauvaise volonté »

C’est le cabinet angloy d’architectes Droit de cité qui a été sélectionnée par la mairie de Saint-Jean-de-Luz. Des premières esquisses ont été présentées. « Mais nous avons demandé une deuxième mouture. Nous voulons que cette ancienne école (ex-maternelle Ichaca) ressemble à un vrai centre de loisirs. » Les nouveaux plans seront étudiés dans les jours qui viennent, preuve que le dossier avance désormais à un rythme normal.
Embourbé dans un marécage administratif en raison du nouveau périmètre du Plan de prévention des risques, le projet de réhabilitation du Pôle petite enfance a été gelé pendant de longs mois. « Nous n’avons pas pu prévoir l’agrandissement côté rivière, comme nous le souhaitions au départ. Mais aujourd’hui, il n’y a plus d’obstacle réglementaire », rassure Patricia Arribas-Olano. Le projet définitif devrait être mis au vote lors du prochain conseil municipal, en avril. Ce sujet a aussi nourri les débats lors de la précédente séance, la semaine dernière. Sur un point spécifique : l’intégration d’une Maison d’assistantes maternelles bascophone dans le projet.
Peio Etcheverry-Ainchart, du groupe d’opposition Herri Berri, a regretté « l’inefficacité » et la « mauvaise volonté » des élus de la majorité : « Cela fait plus de trois ans que le projet a été lancé par quatre assistantes maternelles du secteur. Nous savons bien que les choses ne se font pas du jour au lendemain. Mais là, ce n’est pas acceptable. »
Pour l’élu abertzale, la mairie aurait dû trouver une solution transitoire en attendant le déblocage du dossier : « Vous ne nous empêcherez pas de penser que vous n’avez jamais vraiment voulu de ce projet de MAM bascophone. Je le dis au passé, car il devient de plus en plus hypothétique. Dire oui, puis laisser traîner, laisser s’étioler, faire le pari qu’on oubliera, c’est véritablement l’impression que cela donne et qui vous est coutumière. Il suffit de citer deux autres exemples : le projet d’accorderie et l’accueil des migrants. »

Un plan B à Ciboure

L’attaque est lourde. Et a fait bondir Patricia Arribas-Olano : « Ce n’est pas vrai de dire que nous sommes restés sans rien faire. Nous avons cherché des locaux de 120 mètres carrés en attendant la réhabilitation du Pôle. Mais nous n’avons pas trouvé. Nous sommes restés en contact avec ces nounous sans leur cacher les retards. » Des délais qui ont poussé les quatre assistantes maternelles à déposer un autre dossier de création de MAM bascophone du côté de Ciboure, il y a quelques semaines, suite à la fermeture de la crèche Luma. Le dossier est aujourd’hui entre les mains du Conseil départemental et de la mairie de Ciboure. Réponse dans quelques semaines.
Si le projet de MAM bascophone traverse la Nivelle, faudra-t-il recalibrer le futur Pôle petite enfance d’Ichaca ? « Non, répond Patricia Arribas-Olano. Car ces nouveaux bâtiments pourront accueillir un autre projet de MAM. Nous recevons beaucoup de demandes. » Et l’adjointe au maire de rassurer en conclusion : « Si le projet de MAM bascophone n’aboutit pas à Ciboure, alors elles pourront toujours intégrer le Pôle petite enfance d’Ichaca comme c’est prévu depuis le début. » En septembre 2018, au mieux.
(1) Le Pôle petite enfance est un lieu d’information et d’animations pour les 0–6 ans. On y retrouve, entre autres, la crèche de Sagardian.
Vous pouvez voir l’article sur le site de Sud Ouest