Arnaud Dejean, correspondant du journal Sud Ouest, donne la parole aux deux grands groupes d’opposition, Herri Berri et le Parti Socialiste, en réaction daté du 11 septembre 2017 sur les principaux dossiers à Saint-Jean-de-Luz. Nous allons nous arrêter sur les réactions des élus Herri Berri.

vue aérienne de la place Foch à Saint-jean-de-luz

Îlot Foch : des risques en zone inondable

Pour les groupes abertzale et socialistes, le constat est le même : « Il y a un vrai manque de transparence dans le dossier de l’îlot Foch. »
Herri Berri. Les élus d’opposition regrettent les « glissements répétés du calendrier » et les hésitations du maire. Sur le fond, Herri Berri est toujours opposé à la construction d’un parking souterrain sous Foch : « C’est une erreur stratégique car cela ne réglera pas les problèmes de circulation. L’été, les navettes sont engluées dans les bouchons. Soit il décide de miser sur le tout voiture, soit il opte pour de vrais parkings relais. » Herri Berri propose l’installation de panneaux informatifs aux entrées de ville pour indiquer la durée de traversée de la cité et le nombre de places de stationnement en temps réel. »

Les Érables : manque d’arbres et vélos en danger

Herri Berri. « Tout n’est pas à jeter. Il y a maintenant une cohérence esthétique sur l’axe gare-halles-Gambetta. Mais ce n’est pas parce qu’on a installé des bacs à salade devant les Érables que l’espace est végétalisé. Il faut planter des arbres, car le résultat est trop minéral. »

îlot des érables Saint Jean de Luz, une place minérale sans arbres

Le pôle culturel : un beau projet… très coûteux

Herri Berri. « Les habitants de la baie et de la vallée de la Nivelle ont-ils besoin de trois salles de calibre identique ? Larreko à Saint-Pée, les Récollets à Ciboure et Harriet Baita à Saint-Jean-de-Luz, c’est beaucoup. C’est prendre beaucoup de risques par rapport à nos capacités budgétaires. Il aurait fallu définir une véritable stratégie culturelle sur l’ensemble du territoire intercommunal et pas uniquement sur Saint-Jean-de-Luz. »

Le départ de Peyuco Duhart des Républicains

Herri Berri. « Il dit qu’il n’a pas besoin de son parti, mais il faut quand même rappeler que c’est à MAM (Alliot-Marie) qu’il doit son poste aujourd’hui. Depuis son élection de 2014 et la vice-présidence à l’Agglomération Pays basque, il a pris confiance en lui. Il a peut-être espéré finir sa carrière au Sénat. Une forme d’aboutissement pour lui. »

Les autres grands dossiers

Le nouveau directeur de cabinet

« L’ancien directeur de cabinet, qui écrivait presque tous les discours du maire, a été recruté par l’Agglomération Pays basque en tant que directeur adjoint. Mais Peyuco Duhart veut en recruter un autre à Saint-Jean-de-Luz. On est loin des économies d’échelle annoncées lors de la création de l’EPCI. »

Plan local d’urbanisme

« La révision du PLU est en cours. Mais que devient notre demande de révision simplifiée du PLU qui obligerait les promoteurs d’intégrer des logements sociaux même dans les projets modestes ? Le maire a dit qu’il étudierait la question mais il n’a rien fait. »
Article de Sud Ouest du 12 septembre 2017