La question de l’utilisation pertinente de l’argent public à Saint-Jean-de-Luz est soulevé encore une fois par Pascal Lafitte, chef de file des élus d’opposition Herri Berri à l’occasion du Conseil Municipal. Le coût de la réparation du fronton municipal pour le contribuable va être très important dans un contexte de restrictions budgétaires. Nous allons voter oui à cette délibération, mais la hauteur de la somme engagée nous interpelle : plus d’un million d’euros non pour des équipements nouveaux, non pour une extension ou un embellissement mais pour une simple – mais complète, à ce coût, nous voulons l’espérer- réhabilitation du fronton municipal. Devant « ce mur »de réparations certainement indispensable à la sécurité des pelotari mais aussi à celle des spectateurs et également au bon fonctionnement de l’équipement, nous pouvons légitimement nous demander comment avez-vous pu laisser un équipement municipal, si emblématique de notre cité, se délabrer à ce point ?

fermeture du fronton municipal pour travaux

Une lente dégradation

Ne pensez-vous pas qu’il eut été de bonne méthode de planifier un entretien régulier des travaux plutôt que de voir notre fronton connaître une lente et constante dégradation tant au niveau de sa  sécurité que de son fonctionnement ? Ne pensez-vous pas que si cette somme à investir aujourd’hui, d’un bloc vu l’urgence des travaux, avait été étalée sur les années passées cela aurait impacter moins lourdement le budget 2016 et permis ainsi de budgétiser d’autres opérations structurantes nécessaires aux Luziens ? Vous n’avez pas su ou voulu le faire ; nous le constatons et le déplorons. Reste néanmoins, que même si ces travaux viennent bien tard, des pilotari jeunes ou confirmés, pourront toujours et encore faire claquer la pelote sur notre fronton municipal ; et c’est en fin de compte, au bout de cette onéreuse réhabilitation, ce qui nous importe le plus à tous, je pense, ici ! Beraz, jo pilota ! »

 

Un article de Sud ouest expose les faits :

Pascal Lafitte, au nom du groupe Herri Berri, a envoyé un courrier à M. le Maire au sujet de la rénovation du fronton municipal. En effet, aucune partie de pelote officielle ne pourra se dérouler sur le fronton municipal cet été. De nombreuses questions, sont actuellement sans réponses et mérites quelques éclaircissements. Avec 1 110 000 euros d’argent public investis et près d’un an de travaux, comment se fait -il qu’à l’issue de ceux-ci le fronton ne soit pas opérationnel pour des parties de pelote officielles ? En novembre 2016, nous avions dénoncé lors d’une séance du Conseil Municipal, le manque d’entretien de cet équipement municipal dont le délabrement devenait dangereux à la fois pour les spectateurs et pour les pilotaris. Le montant astronomique des travaux pose problème. Un entretien régulier du fronton aurait pu permettre d’étaler les travaux et les dépenses.

  • Encore une fois, nous nous interrogeons sur le manque de transparence de la municipalité, voire même de la rétention d’informations sur de nombreux sujets qui concernent les luziens. Nous pensons particulièrement à la modification du Plan local d’Urbanisme (PLU). Ainsi, comment se fait -il qu’en tant que membre de la commission travaux, je n’ai pas été informé de ce problème ?
  • Des travaux de remise aux normes « compétition » de la kantxa du fronton doivent être entrepris. Pourquoi n’ont-ils pas été prévu avant la saison estivale ? Quel est le coût estimé des travaux ?
  • Un contentieux existe -t-il entre la Mairie et l’entreprise?  Qui paiera ces travaux?
  • A quelle date le fronton sera-t-il opérationnel ?

 

rénovation ratée du terrain du fronton municipal de Saint-Jean-de-Luz

Les deux tiers de la surface en terre battue seront refaits après le 15 septembre, en vue des parties officielles. Le 16 juillet dernier, le fronton municipal flambant neuf de Saint-Jean-de-Luz devait accueillir les finales de rebot junior deuxième série et de Yoko garbi, première et deuxième série. L’occasion, aussi, d’inaugurer l’équipement livré après deux ans de travaux et 1,1 million d’euros d’investissement. « Mais, au dernier moment, le club luzien nous a dit que cela n’était pas possible et a retiré sa candidature », explique Jean-Michel Garayar, président du comité Pays basque de pelote. « Le terrain n’était pas en état d’être utilisé ».

Inauguration reportée

Les finales ont finalement eu lieu à Sare et l’inauguration du fronton luzien reportée à l’automne. Depuis mardi, la structure en plein air est néanmoins ouverte au public en journée, et le club Luzean berri y organise ses parties estivales (1). Mais pas de compétition officielle. « Des réserves avaient été émises à la réception des travaux pour les fêtes de la Saint-Jean », confirme Michel Sedes, président du Luzean. « La pelote ne rebondit pas correctement à certains endroits. Une malfaçon qui va être corrigée. Une partie du terrain a déjà été refaite, l’autre le sera après la saison. Ce n’est pas préjudiciable pour les animations, mais, pour les finales, il faut que tout soit parfait. » Alerté par le Piéton, qui s’étonnait, le 15 juillet dernier, de l’annulation des matchs inauguratifs, le groupe d’opposition municipale Herri Berri n’a pas manqué de prendre la balle au bond, avec mauvais jeu de mots. « Nous avons voté toutes les étapes de la rénovation, mais sommes sensibles aux interrogations des Luziens », souligne Pascal Lafitte. « Selon nos informations, le rebond est complètement aléatoire en raison du diamètre des granulats utilisés pour la partie en terre battue : 6 millimètres au lieu de 2 millimètres. »

Problème de séchage

Dans un courriel adressé le 24 juillet au maire, le conseiller d’opposition demande des explications et s’il existe un contentieux avec l’entreprise qui a réalisé les travaux. « Aucun », assure la mairie, qui promet que la cité n’aura pas de facture supplémentaire à régler. Les mauvais rebonds seraient dus à un problème de liant et de temps de séchage. Posé fin mai-début juin, alors que la météo n’était pas fameuse, le revêtement n’aurait pas bien séché. « C’est un problème technique regrettable, mais ponctuel », précise l’adjoint aux sports, Jean-Daniel Badiola. « L’entreprise l’a reconnu et déjà refait une partie du terrain. Il reste deux tiers à réaliser, mais le fronton est utilisable. Il faut trois semaines de séchage pour que la garantie de l’entreprise s’applique. Nous avons donc décidé que la partie restante serait réalisée après le 15 septembre pour que la Luzean puisse terminer ses animations estivales. Le but reste que le fronton soit rendu à la population luzienne. » Pour les parties officielles, il faudra attendre le championnat d’hiver. Vous pouvez consulter l’article sur le site web de Sud Ouest https://www.sudouest.fr/2017/07/31/le-fronton-accessible-mais-avec-mauvais-rebonds-3659177-4383.php