Semaine des 4 jours : l’intérêt de l’enfant passe avant tout !

Herri Berri votera la nouvelle organisation de la semaine scolaire ramenée à 4 jours ainsi que les horaires afférents des écoles élémentaires et maternelles publiques à Saint-Jean-de-Luz. Pourtant, l’opposition municipale regrette l’abandon d’une organisation qui a permis aux enfants d’accéder à des activités artistiques et culturelles. Herri Berri souligne également  le travail remarquable des associations et des intervenants de la ville. Le problème de la charge de travail des enfants n’est pas résolu.

Rythmes scolaires : prendre en compte l’intérêt de l’enfant

Ainsi donc, trois ans n’auront pas suffi pour installer cette semaine de quatre jours et demi dans le paysage pédagogique de des écoles de Saint-Jean-de-Luz. Celle-ci permettait pourtant de réduire la journée scolaire des élèves, une des plus longues des différents systèmes éducatifs.

Il semblerait que la coupure du mercredi dans son entier ait eu la préférence des parents d’élèves. Certes, cela vaut pause dans la semaine, permettant- ou pas- de pratiquer d’autres activités que les apprentissages scolaires, mais ne réduisant pour autant pas la longueur de la journée de présence en classe. Il semble clair que, si l’on veut conserver et la coupure du mercredi et diminuer le temps horaire journalier, cela doit passer par une diminution du temps des vacances (grandes et/ou petites). Et c’est bien ce que préconise la majorité des chronos biologistes lorsqu’ils parlent de la nécessaire refonte du temps scolaire ; celui-ci doit s’appréhender, en même temps, à l’échelle de l’année, de la semaine et de la journée.

Mais que de réticences au niveau des différents acteurs sociaux économiques à entrer dans cette logique pour prendre en compte ces contraintes pédagogiques!
Force est de constater que dans de telles considérations l’intérêt de l’enfant en situation d’élève ne semble plus, hélas, prioritaire !

Mais d’évidence, le débat ne se règlera pas dans cette assemblée.

Herri Berri regrette la disparition des Activité périscolaires

Pourtant, la Ville de Saint-Jean-de-Luz par le biais de son service scolaire ne s’est pas défaussée lorsqu’en septembre 2014, il a fallu, ex nihilo, imaginer et mettre en place ces NAP (Nouvelles Activités Périscolaires) permettant d’occuper les élèves à l’issue des cours, jusqu’à l’heure de la sortie.
Elle n’a pas non plus reculé devant la dépense – près de 130 000 € moins 30 000 € de fond d’amorçage de la part de l’Etat- pour financer ces NAP de façon à ce que la gratuité de ces activités soit assurée à l’ensemble des élèves.

Cette mobilisation d’un budget conséquent a permis de proposer la plupart du temps des activités artistiques, culturelles, physiques intelligentes et intéressantes que beaucoup d’élèves n’auraient pas eu l’opportunité de connaître. Ainsi donc, il apparaît regrettable qu’avec le retour à la semaine à quatre jours disparaissent ces NAP, activités péri scolaires de grande variété et de même qualité.

Hommage aux associations luziennes et à leurs intervenants

Pour conclure, Herri Berri, à la Ville de Saint-Jean-de-Luz  et à son service scolaire municipal, désire associer les associations luziennes et leurs intervenants, maillons qui ont été plus que nécessaires au succès de ces NAP. Avec peu de formation mais avec beaucoup de bonne volonté, d’investissement et de patience, ils ont su souvent transmettre aux enfants le goût d’une activité nouvelle. Cela n’a pas été tous les jours chose facile . . .

Qu’un hommage particulier leur soit, ici, ce soir, rendu !

Intervention de Pascal Lafitte, élu Herri Berri, au Conseil municipal de Saint-Jean-de-Luz du vendredi 2 mars 2018.

Fermer le menu