Vous le savez, le groupe d’opposition municipal Herri Berri a toujours été favorable à une requalification de ce secteur de Saint-Jean-de-Luz, et à vrai dire nous partageons certaines des grandes logiques de votre projet depuis que nous en avons eu connaissance. Avec d’autres, nous divergeons davantage. Aujourd’hui, après plusieurs mois d’attente, vous nous proposez l’ouverture d’une phase de concertation, suivant une première phase dite « de concertation volontaire ».

vue aérienne de Ilot Foch Saint-Jean-de-Luz

Des zones d’ombre sur la méthode

Pour nous, entre glissements de calendrier, atermoiements et passages d’informations au compte-goutte sur l’avancée du projet, la concertation s’est surtout révélée très limitée. En ce qui nous concerne en tout cas, nous autres élus, à aucun moment nous n’avons eu la possibilité d’être associés à l’élaboration de cet important projet d’aménagement, de sorte que nous avons appris en même temps que nos collègues socialistes durant la dernière commission d’urbanisme l’existence d’un comité de pilotage à cet effet. Bien que la délibération fasse mention du comité, nous ne savons même pas quand il a été créé ni qui en fait partie ; en tout cas pas nous. Bien sûr, on peut considérer comme légitime que l’équipe majoritaire veuille garder la main sur ses projets, mais il est anormal de ne jamais être en mesure de savoir régulièrement où nous en sommes, ni de pouvoir donner notre avis sur les évolutions éventuelles autrement qu’une fois les décisions prises. La délibération de ce soir, qui annonce une concertation avec le public, annonce donc aussi en pratique une concertation avec les élus d’opposition, ce qui est pour le moins incongru. Espérons tout de même que la nouvelle phase de concertation compense les limites de la première, et précisons en tout cas d’emblée que nous souhaiterions faire partie du comité de pilotage du projet.

Des interrogations sur le fond

Sur le fond, nous sommes également surpris par la formulation de la délibération. En titre, il est annoncé le lancement de la concertation, ce à quoi nous ne pouvons pas nous opposer. Mais la délibération elle-même annonce en premier point qu’il s’agit d’approuver les objectifs poursuivis par le projet d’aménagement. Et là, c’est différent car nous parlons bel et bien du contenu lui-même et non de l’information qu’on souhaite en donner. Et à cet égard, nous sommes bien en peine de pouvoir dire si nous sommes d’accord ou pas, étant donné que beaucoup d’informations nous manquent. Donnons quelques exemples, tirés de ce que vous appelez « points de bilan mis en exergue par la concertation volontaire » et qui ne sont rien de plus que vos invariants du début, ayant donc varié en fonction des remous qu’ils auront suscités.

Le parking souterrain

Sait-on quelle destination on lui donnera, évidemment fonction du nombre de places dont il disposera ? Nous l’avons dit à de maintes reprises : oui à un parking sous-terrain à cet endroit, s’il est destiné aux résidents du centre-ville ou à ceux qui y travaillent ; mais pas de nouveau pôle d’attraction pour les voitures extérieures, à qui on doit offrir la possibilité de se garer aux entrées de ville et d’accéder de manière rapide et commode au centre par transports collectifs. À l’heure actuelle, pas d’information sur tout cela.

vue aérienne de la place Foch à Saint-Jean-de-Luz. Projet de réhabilitation

Les flux de circulation

Idem, nous n’avons pour l’instant que des données liées aux sens de circulation et aux accès, mais rien de précis sur la gestion des modes doux dont vous parlez – et qui sont pour nous d’une importance capitale –, et surtout une flagrante contradiction entre la volonté affichée lors des dernières orientations budgétaires de mettre en place des parkings de périphérie et les perspectives de stratégie de stationnement en centre-ville, dont on peut craindre que l’îlot Foch en fasse partie.

Les points 3 et 5 sur l’aménagement public de qualité et les lieux de rencontre

On ne peut que partager ce genre d’objectif lorsqu’il est formulé de manière aussi vague. Mais soulignons toutefois une divergence majeure, concernant la mention du bar éphémère. Non, ce bar ne peut servir à nos yeux de « lieu type » à un espace de rencontre. Non pas qu’il ne soit pas agréable à fréquenter, mais il est précisément « éphémère ». Nous souffrons assez des logiques de saisonnalité dans cette ville, saturée l’été, sinistre l’hiver, et où seuls les commerces ouverts à l’année jouent véritablement leur rôle d’animation de la ville, je dirais même de respect de celle-ci et de ses habitants. La mode de l’éphémère, il y en a marre, elle tue notre ville alors n’en rajoutons pas davantage, alors que juste à côté le manège-karting – qui lui fait l’effort d’être ouvert toute l’année même quand cela rapporte moins – est d’ores et déjà en péril.

PLU et logements sociaux encore oubliés ?

Mais surtout, c’est le point 4 qui nous pose problème, celui qui parle des dispositions réglementaires à respecter. Passons vite sur le fait qu’apparemment, c’est donc la concertation avec le public qui aurait mis en exergue le besoin de respecter la réglementation. Il est heureux que le public ne vous ait pas demandé de vous en affranchir… Vous ne mentionnez les documents d’urbanisme que pour parler d’architecture et d’alignement des façades pour le projet immobilier, mais nulle part il n’est fait mention de l’achèvement prochain du nouveau Plan Local d’Ubanisme (PLU), qui pourrait modifier les données dans ce projet précis. En fait, s’il est évident que l’ancien PLU sert, à défaut, de cadre à cet aménagement, il est de bonne politique de considérer que c’est le prochain qui devrait plutôt lui servir de diapason. Je suppose que vous allez me répondre que vous savez déjà ce qui y figurera et qu’il n’y a aucun souci de compatibilité à craindre, mais le compte-rendu de la dernière réunion du comité de pilotage du PLU fait clairement mention de certains « ajustements nécessaires », notamment au regard de la loi Littoral, même détricotée.

Par ailleurs et c’est important à nos yeux, on peut y ajouter les déclarations que vous avez faites dans la presse récemment, Monsieur le maire ainsi que Monsieur Bansard, au sujet des propositions que nous vous avions faites de modifier les taux de logements sociaux à prévoir dans les nouveaux programmes. À ce sujet non plus nous n’avons aucune information, mais si les dispositions réglementaires du futur PLU dans ce domaine sont ambitieuses, elles sont de nature à donner une tout autre image du projet immobilier prévu sur l’îlot, ainsi que sur tant d’autres dans la ville. Est-il d’ailleurs possible d’avoir des informations à ce sujet ?

On peut penser que le PLU sera rendu opposable avant tout dépôt de permis sur l’îlot Foch, du moins nous ne souhaitons de notre côté, mais il n’est pas vain de préciser dès à présent à Carmen Immobilier quelle quantité de logements sociaux il faudra prévoir dans son programme…

Une abstention pour éclaircir le projet

Pour finir, une question concernant la délibération qui suivra le bilan de la concertation. Elle servira à quoi ? À prendre acte du bilan ? On ne comprend pas bien.

Tout ceci étant dit, vous comprenez bien que même si nous soutenons votre décision de lancer une phase de concertation, nous ne pouvons approuver les objectifs du projet tels qu’ils nous sont ici présentés ou en tout cas sans information plus précise. Nous nous abstenons donc.

Intervention de Peïo Etcheverry-Ainchart, Conseiller Municipal du groupe Herri Berri, lors du Conseil Municipal de Saint-Jean-de-Luz du 15 juin 2018.