engorgement des routes embouteillées à saint-jean-de-luz

La multiplication des parking payants : l’échec de la politique de la majorité

Voilà, la voie ferrée est franchie ! Jusqu’à présent, seuls les parkings de surface de l’hyper centre étaient payants ; les derniers à le devenir, il y a quelques années, avaient été le  » Commandant Passicot « et » Les Pyrénées « · Là aussi, il avait été question de » rotation de véhicules »·
Avec ces mesures, la situation du stationnement en centre-ville s’est-elle améliorée ? Clairement non puisque la Ville est contrainte de répéter la même opération, dans le même secteur, quelques années plus tard. Cette même mesure- l’extension de la zone payante au parking du groupe Elgar et du gymnase Urdazuri- améliorera-t-elle la situation du stationnement en centre ville ? Clairement non, puisque ne traitant pas le problème à la base, il y a fort à parier que le parking Maranon est condamné à être saturé de plus en plus tôt dans la journée et passera lui aussi payant dans une paire d’années, avec gageons-le, le même motif :  » la nécessaire rotation des véhicules « · Le côté le plus ennuyeux, surtout pour les luziens – nous pensons à ceux qui travaillent en centre-ville- c’est qu’ils vont devoir passer de nouveau à la caisse : les impôts locaux, puis le stationnement de surface, bref, le coup de la double lame!
Où est l’alternative pour ceux-ci et pour ceux qui, dans une démarche citoyenne et écologiquement responsable, ont fait le choix d’un transport collectif (le train ou le bus) pour se rendre chaque jour à leur travail? Le problème du stationnement en centre-ville, n’est jamais ainsi résolu, il est tout simplement déplacé ! Jamais il n’est anticipé, on ne fait que le subir. Et ce n’est pas la création d’un nouveau parking souterrain ou l’extension de zones payantes de stationnement qui régleront le problème, puisque celui-ci et celles-ci serviront d’appel d’air à encore plus de voitures en centre-ville ; en fait, les fausses bonnes solutions proposées participent surtout à la pérennisation du problème, quand tout simplement, elles ne l’aggravent pas …

Herri Berri pour un centre-ville sans voiture

Nous le répétons depuis des années, avec la conviction d’être dans le vrai : c’est par le retrait massif et conséquent des véhicules circulant vers et dans le centre-ville que la problématique du stationnement trouvera un début de réponse. Au service de cet objectif majeur et stratégique, les solutions passent entres autres par :

  • La création de parkings relais extérieurs à destination des visiteurs. Ceux-ci seront reliés au centre-ville par des navettes circulant sur des itinéraires protégés, avec des cadencements horaires variables et adaptés à la demande.
  • Le même mode opératoire est à appliquer aux quartiers excentrés : Alturan, Karsinenea, Elgar, l’Hôpital. ..
  • Le développement des modes de déplacement doux. Ces options novatrices, sont à notre avis, les plus à mêmes d’être efficaces.