L’élue communiste du groupe d’opposition municipal Herri Berri, Yvette Debarbieux, sort sa calculette : « Un étage de Trikaldi (22 lits), huit lits supplémentaires dans cette unité et les 30 lits de courts séjours situés au premier étage de l’hôpital : au total, Saint-Jean-de-Luz va perdre 60 lits publics en quelques mois. Je ne vois pas comment le maire peut juger cette situation “ acceptable ” ! »

Dans notre édition du 17 février, Peyuco Duhart avait en effet jugé la proposition du Centre hospitalier de la Côte basque (CHCB) « acceptable ». Le projet : regrouper toute l’offre de soins publique derrière le commissariat. La vente de Trikaldi servant à financer la reconstruction de la maison de retraite médicalisée Udazkena et l’accueil des unités de soins de longue durée.

centre gériatrique Trikaldi

Vision à court terme

Pour Yvette Debarbieux, la perte de ces 60 lits ampute dangereusement l’offre de soins et met en péril l’emploi local. « Les médecins généralistes ont besoin de lits médicalisés de proximité pour aider les familles. Les déplacer à Bayonne n’est pas la solution. »
Pour le groupe Herri Berri, le maire aurait dû se battre plus énergiquement pour sauver le site de Trikaldi. « Après la maternité, les urgences, le laboratoire, la radiologie, nous perdons une partie de la gériatrie et notre plateau technique. C’est regrettable », critique Yvette Debarbieux avant d’ajouter : « Le maire ne peut pas décider de tout. Mais il aurait dû insister auprès de l’Agence régionale de santé (ARS) pour que cette dernière débloque des fonds suffisants pour la rénovation d’Udazkena et de Trikaldi. »
C’est sur ce point que le centre hospitalier s’est montré le plus ferme : les travaux de la maison de retraite ne pourront être financés qu’avec la vente de Trikaldi. « On touche au cœur du problème : les services publics disparaissent à Saint-Jean-de-Luz en même temps que le foncier public. Le maire laisse faire, mais c’est une vision à court terme », regrette l’élu abertzale, Peio Etcheverry-Ainchart.
Autre critique d’Herri Berri, le projet de résidence pour seniors annoncé dans ces colonnes par le maire : « Dans sa campagne, le maire a annoncé qu’il voulait mieux écouter pour mieux décider. Mais visiblement, il a déjà tranché sur ce sujet », égratigne Lamia Horchani. Et les élus d’Herri Berri de conclure sur ce sujet : « Nous espérons que le projet verra le jour dans l’ancienne école des garçons et qu’il sera porté par un opérateur public. »