Lors du dernier conseil municipal du 7 mai dernier, Pascal Lafitte, conseiller municipal du groupe Herri Berri, Directeur de l’école publique du centre à Saint-Jean-de-Luz, explique les raisons du déclin des effectifs scolaires de la ville depuis 20 ans (chiffres fournis par le service des affaires scolaires de la ville). Les 4 élus du groupe Herri Berri ont voté défavorablement au retrait d’un poste de professeur des écoles sur le site Haize Errota et favorablement au vote de l’ouverture d’un demi-poste sur l’école d’Urdazuri.

école du centre Saint-Jean-de-Luz

Le Déclin des effectifs scolaires dans les écoles luziennes en chiffres !

Tout d’abord, voici quelques chiffres « anniversaire » à rappeler peut-être au Conseil Muncipal : Il y a 20 ans, lors de la rentrée 1995/1996, on dénombrait encore 1143 élèves luziens inscrits toutes écoles confondues à Saint-Jean-de-Luz. Dix ans plus tard, en 2006/2007, ils étaient seulement 999. Désormais, lors de la rentrée 2016/2017, il n’y avait plus que 900 élèves luziens.

Certes, sur les 3 dernières années, l’hémorragie semble enrayée et les chiffres se sont stabilisés autour de 900 élèves. Nous sommes cependant encore loin des chiffres « anniversaire » d’il y a 10 et 20 ans.

Les raisons de cette baisse : le manque de logements sociaux à Saint-Jean-de-Luz

Voilà Monsieur le Maire, le constat est clair et partagé, je l’espère. Nous dénonçons une absence de politique volontariste en faveur du logement accessible à tous. Les effectifs scolaires sont directement impactés à la baisse (-25%) en raison de manque d’envie politique de la majorité municipale.

Alors Monsieur le Maire, si vous ne voulez pas que ce conseil municipal ait à délibérer à l’avenir sur des fermetures de classes. Il n’y a qu’une seule solution, laissez la possibilité aux jeunes couples de pouvoir s’installer dans notre ville de Saint-Jean-de-Luz. La politique municipale doit favoriser dans les années qui viennent les programmes où le logement est accessible financièrement. Ce sont leurs enfants qui composeront les classes de demain.

Aller au contenu principal