Le groupe d’opposition Herri Berri vient d’ouvrir un débat sur Facebook et appelle tous les Luziens à donner leur avis sur le quartier de la vieille route de Saint-Pée.

petite à vélo circulant dans le quartier alturan

Après les conférences publiques ou les campagnes d’affichage, le groupe d’opposition Herri Berri s’invite dans le débat municipal par une nouvelle voie : les réseaux sociaux. Pour cette première, il a décidé de choisir un thème qu’il affectionne particulièrement : l’urbanisme et ce, par le prisme de l’exemple d’Alturan, le tout jeune quartier (inauguré en 2011) situé à 3 kilomètres du centre, en contrebas de la vieille route de Saint-Pée-sur-Nivelle.

Cette semaine, le groupe abertzale a décidé de lancer un forum citoyen « Alturan, exemple pour la ville de demain ? » par le biais de Facebook. « Sur la base d’un questionnaire et de quelques critères de jugement, nous avons effectué il y a plusieurs mois un petit sondage auprès de quelques habitants d’Alturan. Aujourd’hui, nous ouvrons à tous cet espace de débat public. »

Présentation au mois de mai

L’occasion de répondre à des questions soulevées au Conseil municipal par Herri Berri : l’architecture est-elle trop audacieuse ? Le manque d’offre commerciale est-il préjudiciable ? Comment est perçue l’organisation du stationnement ? La diversité des logements est-elle satisfaisante ? Quel est le retour d’expérience sur les économies d’énergie ? Quelle ambiance ?

« Depuis le lancement du projet Alturan par la majorité, on a beaucoup glosé sur ce quartier. Certains le raillent en le qualifiant de “Marrakech” luzien. D’autres l’encensent. Mais en dehors des échos de rue ou de ceux très officiels de la municipalité, aucun retour sur expérience n’a véritablement été effectué. Personne n’a cherché à tirer de cette réalisation des enseignements en termes de choix urbanistiques, architecturaux, sociaux, environnementaux », souligne Peio Etcheverry-Ainchart, élu Herri Berri au Conseil municipal. Pour les militants abertzale, un retour d’expérience sur le quartier Alturan est nécessaire. « Car il préfigure l’urbanisme de demain en périphérie de la ville. Il faudra faire le même travail d’analyse sur le projet de l’îlot des Érables en centre-ville. Car dans quelques années, c’est l’ancienne école du centre qui sera réaménagée. Il vaut mieux tirer des leçons de ce qui a été fait », ajoute Pascal Lafitte, le chef de file d’Herri Berri. Des questions que doivent s’approprier tous les habitants de Saint-Jean-de-Luz (…)
Vous pouvez lire cet article sur le site web de Sud Ouest