Une politique environnementale pas à la hauteur

Ainsi donc, nous serions des surfeurs et nous l’ignorions . . ! Pour Herri Berri, l’écologie ne« se surfe » pas et il ne suffit pas de découvrir deux mois avant les municipales « que c’est l’affaire de tous. » C’est comme en amour, il faut des preuves! Où sont-elles, quand après plus de 20 ans au Conseil municipal, en situation de gestion, Mr le Maire, Jean-François Irigoyen, et son équipe n’ont pu apporter de réponses satisfaisantes en matière de qualité des eaux de baignade, d’assainissement, de mobilité, d’autonomie énergétique des bâtiments municipaux… Et que dire de l’absence de prise en compte d’un début de politique relative à la nécessaire transition écologique à l’échelle de notre ville?
Herri Berri prend acte, à l’issue d’un insoutenable suspense, de la déclaration de candidature du Maire à un nouveau mandat.

Jean-François Irigoyen, maire de Saint-Jean-de-Luz

Saint-Jean-de-Luz : une population vieillissante

Alors que le précédent s’achève, l’INSEE vient de rappeler quelques chiffres concernant la démographie luzienne: en 30 ans la population n’a cru que de 1000 habitants; la tranche d’âge la plus représentée et en croissance est celle des seniors (plus de 75 ans) avec près de 22 % de la population; celle des jeunes ( moins de 29 ans) est la plus faible avec moins de 13 % des Luzien(ne)s et en décroissance constante. Par ailleurs, avec une ingénuité sidérante, lors de sa présentation des vœux, le Maire a cru judicieux d’afficher deux chiffres glaçants:
Pour l’année 2020, Saint Jean de Luz a enregistré 256 décès pour . . . 71 naissances!

De moins en moins de services publics de proximité à Saint-Jean-de-Luz

La conséquence première de cette situation est une érosion lente et continue des effectifs des élèves luziens dans toutes les écoles de la ville ( moins 25 %) depuis 1995. C’est aussi, sur cette période, la perte d’une maternité, d’une dizaine de lits court séjour sur Trikaldi, d’une antenne de la CPAM . . . La faiblesse d’une démographie atone rend nécessairement faible un Maire pour garder ces services publics de proximité.

Sortir de cette spirale négative sera un des enjeux de l’élection municipale à venir. Les Luzien(ne)s, en considérant un bilan, et projet contre projet auront à déterminer l’avenir de notre ville. Le temps est venu et Herri Berri y prendra toute sa part!